Fermer la publicité

Saint-Etienne - Dialogue renoué entre la municipalité et le Sdis

Loire le 25 septembre 2014 - Emilie Massard - Collectivités locales - article lu 386 fois

Saint-Etienne - Dialogue renoué entre la municipalité et le Sdis
La moitié des effectifs du Sdis de la Loire est concentrée à Saint-Etienne, ce qui justifierait cette contribution importante (© Emilie Massard)

L'ancien maire stéphanois, Maurice Vincent, estimait la sur-cotisation de la Ville de Saint-Etienne à 3 M€ par an.

Pour les administrateurs du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis), impossible de réduire la contribution stéphanoise, sauf à augmenter drastiquement les contributions des autres communes ou à réduire les frais de fonctionnement des pompiers de la Loire. Depuis début 2013, le contentieux entre la Ville et le Sdis était donc toujours en cours.
A l’arrivée de la nouvelle municipalité, les discussions ont repris plus sereinement puisqu’à l’issue du dernier conseil d’administration du Sdis qui se tenait le 19 septembre, un consensus a été trouvé par la municipalité, le conseil général et le Sdis. Jusqu’en 2020, la Ville payera 12,8 M€ par an au Sdis, soit 600 000 € de moins (le budget total du Sdis est de 58 M€ financé à 45 % par le Département et le reste par les communes). Saint-Etienne fera donc une économie de 4,2 M€ en 7 ans. « La moitié des effectifs du Sdis de la Loire sont en poste dans les quatre casernes stéphanoises, rappelait Bernard Philibert, président du CA du Sdis. Les casernes stéphanoises effectuent 95 % de leurs opérations intra-muros, donc le service est très important à Saint-Etienne. Mais il est vrai que depuis la mise en place de la gestion départementale et le transfert des charges en 2001, Saint-Etienne a perdu des habitants et il fallait rééquilibrer les choses. » La contribution des Stéphanois passera donc de 75 à 72 € par habitant. Une économie qui sera réalisée grâce à la réduction du budget d’investissement du Sdis, qui arrive au terme d’un programme de réhabilitation immobilière important.
Le maire, Gaël Perdriau, ne cachait pas sa satisfaction d’être parvenu à un accord. « Nous avons retrouvé une relation sereine. La poursuite du contentieux n’aurait pas manqué de perturber les services de sécurité. » Maurice Vincent, quant à lui, n’a pas tardé à faire connaître son opinion dénonçant un « accord scélérat scellé entre amis politique » et un maire qui « laisse payer ses administrés 72 € un service que les autres communes continueront de payer 46 € en moyenne par habitant ».

Emilie Massard

Lire aussi :

Conseil municipal de Saint-Etienne : Le SDIS met le feu au conseil (9 octobre 2014)



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide