Fermer la publicité

Saint-Etienne Métropole : défiance entre l'exécutif et ses agents

Loire le 07 octobre 2015 - Denis Meynard - Collectivités locales - article lu 981 fois

Saint-Etienne Métropole : défiance entre l'exécutif et ses agents
L.T. - Les représentants syndicaux s'inquiètent du futur passage en communauté urbaine de Sem

Un vent de fronde souffle parmi les salariés de Saint-Etienne et de l'agglomération, à l'occasion du passage en communauté urbaine.

Une deuxième réunion du comité de suivi mensuel mis en place à l’occasion du passage de Saint-Étienne Métropole en communauté urbaine, au 1er janvier 2016, a eu lieu mercredi 7 octobre. L’occasion pour les représentants syndicaux de réitérer aux élus Hervé Reynaud et Michel Béal des sujets d’inquiétudes.

Dans une récente lettre ouverte à Gaël Perdriau, la CFDT de Saint-Etienne Métropole dénonçait pêle-mêle l’absence de respect de la parole donnée et le manque de concertation préalable aux changements d’affectation nés de la mutualisation des services. Le non-respect des règles statutaires lors de la création de postes et de la réorganisation de directions sans consultation du comité technique, l’interventionnisme de certains élus et du cabinet dans le fonctionnement de la collectivité sont aussi pointés du doigt. Annonçant : « nous n’hésiterons pas désormais à déposer des recours pour contester les pratiques illégales ».

Force Ouvrière ironise sur « le modèle stéphanois (qui) prend l’eau », un « pilotage chaotique » et une « gestion managériale désastreuse », au lendemain du départ du directeur général des services mutualisé ville-agglomération. Coté Ville de Saint-Etienne, la CFDT, la CFTC et l’Unsa évoquent de concert un « climat fortement dégradé dans les services ». Parmi les reproches récurrent le fait que « certains élus interférent directement dans les services, court-circuitant bien trop souvent l’encadrement de notre collectivité ».

Evoquant de nombreux risques psycho-sociaux, un délégué syndical déclare : « on ne peut pas traiter les cadres avec autant de mépris que le font certains (…) des collègues pleurent en venant au travail ». La CGT de Métropole exprime l’inquiétude d’agents dont près d’une centaine pourrait rejoindre l’agglomération. S’attardant sur les questions en suspens relatives au changement de régime indemnitaire et aux avantages acquis des agents qui seront transférés, à la mobilité forcée, à la double autorité qui s’appliquera à ceux mis à disposition. Interpellé par certaines « dérives dénoncées », le maire de Lorette, Gérard Tardy a écrit à ses 44 collègues maires et au président de l’agglomération pour que cela figure « à l’ordre du jour d’un prochain bureau de Saint-Etienne Métropole ».

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide