Fermer la publicité

Saint-Cyprien/Bonson : le projet de commune nouvelle retiré ?

Loire le 16 septembre 2015 - Denis Meynard - Forez - article lu 152 fois

Saint-Cyprien/Bonson : le projet de commune nouvelle retiré ?
DR - Marc Archer jette l'éponge face à la levée de boucliers suscitée par son initiative.

Une partie de la population de Saint-Cyprien exigeait d'être consultée par référendum avant un éventuel rapprochement avec Bonson.

Les élus municipaux de Saint-Cyprien et une partie de la population de cette commune du Forez sont divisés depuis plusieurs mois sur un projet porté par leur maire, Marc Archer : l’éventuelle création d’une commune nouvelle avec Bonson. « Cette possibilité ouverte par une loi de mars 2015 n’en était qu’au stade de la réflexion, mais c’est devenu un sujet clivant », reconnaît le premier magistrat. Déclarant que la moitié de ses collègues, dont sa première adjointe, n’adhérant pas à la démarche.

« Face aux baisses de dotations de l’Etat, il faut savoir innover, inventer des choses pour offrir à la population les mêmes services à un coût moindre. Avant mon arrivée comme maire, un partenariat a déjà été construit entre Saint-Cyprien, Bonson et Saint-Marcellin sur la gestion d’une crèche intercommunale. Depuis début 2015 nous avons un directeur général des services et un adjoint mutualisés avec Bonson », se félicite Marc Archer.

Il ajoute avoir signé début septembre une convention avec son homologue de cette commune, Joseph Deville, pour étendre la mutualisation à d’autres services ainsi qu’à des équipements communaux. Par ailleurs, un dispositif commun a été mis en place pour les temps d’accueil périscolaires des jeunes enfants.

Marc Archer regrette qu’au nom d’une « conception archaïque de la défense de l’identité de Saint-Cyprien » certains lui ont prêté des intentions qu’il n’avait pas pour faire signer par 429 personnes une pétition remise à la préfecture début septembre. « Je ne sais pas si cela aurait abouti ou pas mais compte tenu du dérapage du débat, je mets le projet en stand-by. Il n’en sera donc pas question à l’occasion du prochain conseil municipal, jeudi 24 septembre », annonce-t-il. L’édile ne veut pas apparaître comme un provocateur, mais il regrette cette difficulté à réformer à l’heure où l’Association des maires de France organise le mois prochain dans le Forez une réunion d’information sur les communes nouvelles.

Denis Meynard

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide