Fermer la publicité

Saint-Chamond : Mandon renonce

Loire le 25 mars 2014 - Xavier Alix - Actualités - article lu 931 fois

Il n’y aura pas de quadrangulaire à Saint-Chamond.

Arrivée en troisième position dimanche avec 18,71  % des voix exprimées, la liste menée par Emmanuel Mandon, celle officielle de l’UDI-UMP, ne concurrencera pas celle Divers droite menée par Hervé Reynaud, dont l’ampleur du score (33,76 %), qui l’a placé en en tête au premier tour, a été une surprise pour les observateurs.

Cet après-midi, Emmanuel Mandon a officiellement annoncé, « qu’après en avoir délibéré avec mes colistiers et même procédé à un vote interne donnant une nette majorité à cette orientation, nous avons décidé de retirer notre liste pour le second tour. Une décision responsable et digne qui correspond à l’idée que je me fais de l’action publique. Nous n’avons pas été convaincants, je reste fidèle à l’idée de discipline républicaine que je prône. » Si comme une 2008, une triangulaire aura lieu dans la troisième ville du département (le FN qui n’était alors pas présent se maintient en 2014 avec 15,57 %), il n’y aura donc pas de « remake » du second tour à droite : l’affrontement entre le maire sortant UMP Gérard Ducarre et la liste centre droit d’Emmanuel Mandon avait servi sur un plateau la ville au maire actuelle PS élu avec 36 % des voix au second tour contre  un cumul de plus de 60 % pour la droite…

Emmanuel Mandon qui ne donne pas de consignes de vote - « cette époque est finie, les gens sont libres » - et qui annonce qu’il faudra compter sur lui aux prochaines échéances regrette cependant « l’attitude immature », dit-il, d’Hervé Reynaud : « nous étions tous les deux à la préfecture dimanche soir, j’ai proposé le dialogue, sans poser d’exigences. Il ne m’a même pas salué. Je n’ai eu aucun retour. » Dans un communiqué, Hervé Reynaud salue pourtant cette « démarche de responsabilité » et s’explique : « nous avons toujours voulu un engagement clair de désistement réciproque signé par 800 saint-chamonais pour faire gagner l'opposition municipale. Après être arrivé en tête avec 15 points d'avance sur la liste Mandon/Rey, il ne m'était pas concevable de ne pas porter intégralement mon équipe au second tour. Par contre, comme j'ai tenté de le faire ce matin au téléphone auprès d'E. Mandon sans succès, je souhaite dépasser les vieilles querelles par un accord durable pour les années futures. (…) Nous restons mobilisés pour rassembler le plus largement possible les électeurs et convaincre les abstentionnistes à s'exprimer dimanche prochain. »


La gauche décidée à se battre jusqu’au bout


En très bonne position, il faudrait en effet un vote massif des abstentionnistes sympathisants de gauche pour barrer la route de la mairie à l’ancien directeur de cabinet de G. Ducarre. De son côté, la gauche ne s’avoue d’ailleurs pas vaincu d’avance. La liste PS-PC du maire sortant socialiste Philippe Kizirian qui a réalisé un score décevant de 24,56 % est décidée à se battre jusqu’au bout. Elle a fusionné avec les écologistes menés par Alain Barbasso (5,64  %) à qui « cinq places dont quatre éligibles ont été accordés, il auront au moins deux adjoints en cas de succès, précise P. Kizirian, l’accord a été signé ce mardi matin, très rapidement car nous en avions déjà discuté avant le premier tour. Maintenant, nous allons envoyer un courrier aux 6 000 abstentionnistes du premier tour. » Mais ce sera sans le parti de gauche qui s’était associé aux écologistes et se dissocie de la démarche.

Quant à LO (1,75 % ; 5,6 % en 2001), le parti révolutionnaire mené ici par André Moulin « ne donne pas de consignes de vote et n’a participé à aucune tractation. »


Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide