Fermer la publicité

Said Belaidi est le nouveau DGS adjoint du Pays de Saint-Galmier

Loire le 11 mai 2016 - Louis Thubert - Forez - article lu 1001 fois

Said Belaidi est le nouveau DGS adjoint du Pays de Saint-Galmier
LT - Saïd Belaidi

La communauté de communes du Pays de Saint-Galmier a embauché en avril un directeur général adjoint des services : Saïd Belaidi. Passé par le milieu associatif et plusieurs communes de la région, il veut apporter ses compétences multiples à la création de l'intercommunalité « Forez Est », début 2017.

C'est de sa voix calme que Saïd Belaidi nous accueille dans son bureau : « Tenez, sur cette feuille j'ai résumé mon parcours et mes différentes fonctions... ». L'homme, âgé de 50 ans, est organisé. Depuis le 1er avril de cette année, il est directeur général adjoint (DGA) des services de la communauté de communes du Pays de Saint-Galmier (PSG). Un rôle crucial pour cet agent de la fonction publique territoriale, alors que le Pays de Saint-Galmier est confronté à l'intégration de trois communes à Saint-Etienne métropole et à la fusion des autres dans la future intercommunalité « Forez Est ».

Au Pays de Saint-Galmier,  il est chargé de la gestion et de la coordination des services de la communauté de communes. Son supérieur direct, lui, met en place la création du futur « Forez Est »en lien avec les autres intercommunalités, et en y associant Saïd Belaidi. Un travail de pur fonctionnaire territorial, entre les élus, les compétences, les services. Saïd Belaidi a déjà été DGA de 2014 à 2016, pour la commune de Saint-Genis-Laval, 20 000 habitants, dans le Rhône. Mais au début de sa vie professionnelle, ce titulaire d'un DESS de sociologie appliquée au développement local a travaillé pour le secteur associatif pendant sept ans, de 1988 à 1993.

« Pour moi, rien n'est impossible »

« Je m'occupais surtout de la protection de l'enfance dans le département de la Loire », raconte-t-il. Natif de Firminy, sa première mission d'agent territorial consiste en la mise en place un projet global de recomposition du quartier du Montcel pour le compte de La Ricamarie, avant de travailler sur la création du conseil communal de prévention de la délinquance, de réorganiser le service jeunesse et de lancer des missions de médiations. Ensuite, embauché par le service politique de la Ville à Saint-Etienne, il participe entre autres à l'opération de renouvellement urbain du quartier de Montchovet, la fameuse « Muraille de Chine ». « Au début, on m'avait dit " tu vas te casser les dents  " ! A l'époque, nous n'avions pas toute la boîte à outil de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine, il a fallu créer les dispositifs, se souvient-il. Mais j'ai toujours aimé les challenges. Pour moi, rien n'est impossible. »

Saïd Belaidi se définit comme « fonceur », et confie ne pas souhaiter passer toute sa carrière au sein de la même collectivité. En 2009, il quitte Saint-Etienne pour le Puy-en-Velay, où il travaille en lien à la fois avec la commune et sa communauté d'agglomération. Son premier poste en lien avec une intercommunalité, où il a participé à la mutualisation des services.

Père de deux enfants de 16 et 7 ans, Saïd Belaidi se dit passionné de musique : « J'aime beaucoup les festivals : Jazz à Vienne, Paroles et Musiques... On a la chance d'en avoir beaucoup dans notre région ! » Une fois « Forez Est » créé, d'ici à début 2017, il espère pouvoir continuer à y travailler « et y apporter la multiplicité de mes expériences ».

Louis Thubert



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide