Fermer la publicité

Sélection musicale du mois - Un mois octobrement bien rythmé

Loire le 02 octobre 2014 - Florence Barnola - Culture - article lu 436 fois

Sélection musicale du mois - Un mois octobrement bien rythmé
Fréro Delavega (© Arno Lam)

Festivals, etc. Petit clin d’œil à 1001 Bass Music Festival, se tenant au Fil du jeudi 16 au samedi 18 octobre où se produiront le merveilleux collectif français Chinese Man dont la base est le hip-hop mais dont les influences vont puiser dans le funk, le reggae ou le jazz. Le Majestic de Firminy reçoit via le Rhinojazz Slow Joe & The Ginger Accident le 7.

Festivals, etc.

Petit clin d’œil à 1001 Bass Music Festival, se tenant au Fil du jeudi 16 au samedi 18 octobre où se produiront le merveilleux collectif français Chinese Man dont la base est le hip-hop mais dont les influences vont puiser dans le funk, le reggae ou le jazz.
Le Majestic de Firminy reçoit via le Rhinojazz Slow Joe & The Ginger Accident le 7. Ce projet musical loge en son sein un quartet rock et un ex-vagabond indien à la voix de crooner. A découvrir pour les non-initiés, ça mérite vraiment qu’on s’y arrête.
Au cœur du Rhinojazz toujours, la franco-camerounaise Sandra Nkaké va enchanter l’Opsis de Roche-la-Molière le 15 et plonger les spectateurs dans une atmosphère à la fois rock, pop, soul et bien-sûr jazz. Son dernier album sorti en 2012 s’intitule Nothing for granted, pourtant son talent est indéniablement acquis depuis bien longtemps.


Pop mélancolique

Les Belges de BRNS viennent nous rendre visite le vendredi 24 au Fil. En 2010 ce groupe bruxellois se forme. D’abord trio il devient vite quatuor et tourne pas mal sur différentes scènes de la capitale belge avant d’embrailler sur les pays aux alentours. Leur album Wounded sorti en 2013 est un joli écrin « indie » pour 7 titres produits et arrangés par les membres eux-mêmes. Pour vous donner une idée, écoutez Mexico, le monde musical de BRNS oscille lascivement entre claustrophobie et tribalisme. Le clip est un bonus dont vous auriez tort de vous priver, cependant ne vous attendez pas à errer dans les rues de la mégalopole sud américaine…


Chanson française

Bien que dans Fréro Delavega le mot « frère » s’impose il s’agit pour autant de deux noms de famille adossé l’un à l’autre : ceux de Jérémy Fréro (chant) et Flo Delavega (guitare). Tous deux sont mordus de sport et de musique, venant du bassin d’Arcachon je vous laisse penser quel type d’exploits sportifs ils aiment. En matière musicale, les deux amis font des reprises de Justin Timberlake, 50 Cents ou encore M en version pop-folk. Au Fil le 23 octobre.


A choeurs et à guitares

Le trio Explora est stéphanois et composé de trois guitaristes classiques. Sylvaine Dumas, Serge Le Guilloux et David Caillet ont frotté leurs cordes au conservatoire Massenet en intégrant tous trois la classe de Léonard Chantepy.  Pour la petite histoire, David Caillet est également le co-fondateur et guitariste du groupe swing manouche Rue des deux amis ainsi que du duo Sur la route.
Quant au deuxième larron du concert, le petit chœur A’Chor est un ensemble d’une quinzaine de jeunes choristes créé en 2011. A’chor signifie chœur en polonais. Et pourquoi du polonais ? Parce qu’une partie du groupe s’est connu dans ce pays de l’Est !
À Saint-Paul-en-Cornillon le vendredi 24 octobre.


Arabesques flamencas

L’algéroise Souad Massi a grandi au sein d’une famille de mélomanes où les musiques traditionnelles se mêlaient au rock, au jazz… La jolie jeune femme se tournera aussi vers la country et la pop se berçant des standards d’Emmyllou Harris ou de Stevie Wonder tout en se dotant d’une formation de guitare classique. Cette artiste est surprenante, bien qu’elle ai commencé avec un groupe flamenco, elle intégrera un temps un groupe de hard rock tout en composant sa propre musique flamenca aux accent de country. La rencontre entre la chanteuse et Eric Fernandez, le guitariste de Martigues biberonné au flamenco et à la musique gitane, était presque écrite. Lui aussi s’est ouvert à d’autres styles musicaux (Bach, Keziah Jones, Cheb Mami, Ismaël Lo) tout en vouant un culte à Paco de Lucia et les Gypsy Kings. Leur duo s’avère éclectique et superbe. Leurs expériences musicales se mélangent à merveille pour nous donner à entendre une poésie du Xe et XIe siècles (Ibn Zeïdoun, Ibn El Khatib, El Moutanabi) sur de la musique arabo-andalouse. Ils sont accompagnés sur scène de trois musiciens et d’une danseuse de flamenco. Un très beau mariage musical en perspective le 21 au Firmament !

Florence Barnola



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide