Fermer la publicité

Sécurité : des contrôles renforcés cet été, des radars très efficaces

Loire le 21 août 2014 - Daniel Brignon - Actualités - article lu 799 fois

Deux équipages des pelotons motorisés de Feurs et Noirétable et trois des quatre contrôleurs stationnés à Saint-Etienne de la Dreal (Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), accompagnés du lieutenant-colonel Morel, nouveau commandant du groupement de gendarmerie de la Loire, du secrétaire général de la préfecture Gérard Lacroix, sont sur les lieux à l’heure dite, 9 h ce mardi 19 août à la sortie de l’autoroute A 89 au péage de Balbigny, pour une opération de contrôle des poids lourds que l’on a voulu spectaculaire.

Un contrôle complet en profondeur des véhicules assuré conjointement par la gendarmerie et la Dreal : contrôle des papiers, analyse du temps de conduite à partir des données recoupées du véhicule et du chronotachygraphe, vérification du poids des chargements, contrôle visuel du véhicule. Dans la période donnée du contrôle, de 9 h à midi, 35 véhicules ont été ainsi longuement contrôlés et 11 infractions relevées, donnant lieu à des contraventions de 4e classe, passibles d’une amende de 135 € minorée à 90 €. C’est le cas de ce fourgon immatriculé au Luxembourg, pesé et reconnu en surcharge, de 300 kg au-delà des 3,5 t tolérées, qui s’acquittera sur le champ de la contravention, sans quoi comme véhicule étranger il était passible d’une immobilisation. Des contraventions ont été dressées essentiellement pour dépassement du temps de conduite. Et quelques contraventions de 3e classe, de 68 € minorées à 45 €, principalement pour défaut du système anti-projection, les garde-boue du véhicule endommagés. Les contrôleurs de la Dreal, au nombre de 45 sur l’ensemble de Rhône-Alpes, en coordination avec la gendarmerie pour l’interception des véhicules, contrôlent ainsi annuellement 9 200 poids lourds sur l’ensemble de la région dont 850 dans la Loire.

Vitesse : les Ligériens s’assagissent ?

La vitesse est l’une des causes relevées des accidents mortels dans la Loire cette année en cause toutefois dans un quart seulement des accidents. La moitié des accidents mortels sont dus au non-respect du code de la route, et l’autre quart à la conduite sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants.  La vitesse reste tout de même une donnée constante de l’insécurité routière.

Pendant le long week-end du 15 août la gendarmerie particulièrement mobilisée a relevé dans le département, par tous ses moyens réunis, 363 vitesses excessives, certaines au-delà les 50 km/h de dépassement, constate le capitaine Mahinc, commandant en second de l’escadron départemental de sécurité routière. En matière d’infractions de vitesse constatées par les radars fixes du département, on doit reconnaître en revanche un tassement sur la campagne de 2013, mais pas significative.

Les 16 radars fixes du département ont relevé 82 572 infractions en 2013 contre 84 849 en 2012, sachant que le dernier radar en fonction à Mably au 1er septembre 2013 n’en comptait pas en 2012 et avait déjà relevé en 4 mois 385 infractions. La baisse du nombre d’infraction est imputable surtout à l’adaptation des automobilistes aux nouveaux équipements. On le constate à Saint-Etienne où le radar situé à l’entrée du tunnel du Rond-Point, en fonction depuis le mois de décembre 2011, a comptabilisé, en 2012, 16 441 infractions, un nombre divisé pratiquement par deux l’année suivante en 2013 où elles n’étaient plus que 8 827.

Le même phénomène avait été relevé sur l‘autre entrée du tunnel du Rond-Point où le radar en fonction fin 2010 avait flashé 14 950 véhicules en 2011, nombre ramené à 7 293 en 2012, et resté stable en 2013 avec 7 331 infractions relevées.  La prime reste au radar de Montplaisir à Saint-Etienne sur la nationale 88 (vitesse contrôlée à plus de 70 km/h), qui avec 35 288 infractions relevées en 2013, réalise pas loin de la moitié des flashs du département. Il affiche d’ailleurs une hausse notable en 2013 de 6 428 infractions de plus.

Daniel Brignon

Le redoutable radar furtif

Equipement de terrain mobile (ETM), c’est le nom du véhicule du groupement de gendarmerie de la Loire en service depuis mi-mai sur les routes du département pour les contrôles de vitesse. Cette Peugeot banalisée, équipée d’un radar embarqué et mobile qui flashe les excès de vitesse dans la circulation, des véhicules croisés venant en face ou en dépassement. Ce véhicule furtif, pratiquement indétectable a produit ses effets.

Après trois mois d’activité sur les autoroutes, routes départementales, de jour comme de nuit, précise le capitaine Mahinc, commandant en second de l’escadron départemental de sécurité routière, qui dispose de cet équipement, le nombre d’infractions relevées se situe à une moyenne de 15 pour 300 véhicules croisés, soit 5 % du flux. Redoutable.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide