Fermer la publicité

Roussillonnais/Vallée-du-Rhône - Clinique Saint-Charles : l’ARS pourrait rejeter le projet actuel

Isère le 12 novembre 2014 - Alexandre Bassette - Centre-Isère - article lu 1675 fois

Roussillonnais/Vallée-du-Rhône - Clinique Saint-Charles : l’ARS pourrait rejeter le projet actuel
Le site salaisien où la clinique Saint-Charles devrait être implantée une fois le dossier validé (D.R.)

Le pays roussillonnais retenait son souffle.

Suspendu aux lèvres de l’agence régionale de santé (ARS). En vain. La validation, ou non, du projet de transfert de la clinique Saint-Charles, de Roussillon à Salaise-sur-Sanne, devait être rendue publique jeudi 30 octobre. Elle a finalement été reportée, d’au moins une semaine. « Le dossier ne nous est parvenu que mercredi 29, c’est un peu court pour rendre une décision le lendemain, justifie Gilles de Lacaussade, directeur général adjoint de l’agence. Nous nous laissons quelques jours pour bien examiner la proposition. » Jusqu’à la fin de ce délai supplémentaire, le doute continu de planer.
Une première lecture du dossier permet quand même à l’ARS d’annoncer qu’il faudra encore un peu de travail pour voir le bout du tunnel. « Pour le moment, il semble que le projet présenté par l’établissement ne s’inscrit pas dans le cadre que nous avons fixé », explique Gilles de Lacaussade. Un programme qui doit s’articuler autour de trois points : le développement de la chirurgie ambulatoire, l’organisation des urgences et les relations avec les cliniques alentours. « Nous attendons des engagements précis », appuie le directeur général adjoint de l’ARS.

Les négociations continuent

Sur les 80 % de chirurgie ambulatoire demandés, « on va avoir du mal ! », rétorque Philippe Libier, président de Clinicé, investisseur et propriétaire de l’établissement. Mauvaise volonté ? « Non, c’est dû à la typologie des patients, souvent âgés ou avec qui il est difficile de communiquer, le contexte local impose souvent une hospitalisation complète, argue-t-il. Ce n’est pas moi qui le dit, ce sont les médecins avec qui nous travaillons. » Malgré leurs différences de points de vue, les deux parties promettent de s’écouter et d’œuvrer ensemble pour arriver à un accord satisfaisant pour tout le monde. Si ce dossier ne passe pas, un autre devrait donc naître de cette collaboration.  En attendant « la clinique continuera de tourner », tient à rassurer Gilles de Lacaussade. Mais le propriétaire de l’établissement n’est pas du même avis : « Le bâtiment a été conçu il y a un demi-siècle, il est difficile d’imaginer un avenir, objecte Philippe Libier. Actuellement, on arrive à compenser mais on ne pourra pas pérenniser. » La décision semble prise, en cas de refus du projet de transfert, Saint-Charles fermerait. (A l’heure où nous bouclons cette édition, l’ARS n’avait pas encore rendu sa décision. )

Alexandre Bassette


Le chiffre : 15 000

C’est le nombre de signatures obtenues par une pétition en faveur du transfert de la clinique Saint-Charles de Roussillon à Salaise-sur-Sanne.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide