Fermer la publicité

Rouault à l’Eglise Saint-Pierre Le Corbusier

Loire le 11 septembre 2014 - La Rédaction - Culture - article lu 369 fois

Le Miserere de son vrai titre Miserere mei Deus (pitié pour moi mon Dieu) est une suite de 58 gravures à l’eau-forte sur cuivre, en noir et blanc, inspirée par le psaume 50.

Oeuvre sévère mais non triste, elle dit la souffrance de l’homme et sa foi dans le Christ vainqueur de la mort.
Georges Rouault (1871-1958) occupe une place singulière parmi les artistes du XXe siècle. Contemporain du cubisme, de l’expressionnisme et du fauvisme, il n’a jamais revendiqué l’appartenance à l’un de ces mouvements. Souvent catalogué peintre religieux, il est avant tout indépendant. Marqué par la première guerre mondiale, son art reflète la noirceur de l’humanité, la douleur du Christ humilié en particulier dans sa Sainte Face (1933) et dans son Miserere (1917-1927), très mal accueilli par la critique de l’époque, gênée par l’abîme de détresse qu’il exprime. A partir de 1930, son art s’adoucit et laisse percer la joie du peintre croyant lorsqu’il traite les sujets bibliques. Après 1945, il participe au chantier de l’église d’Assy où ses verrières expriment la sérénité et le bonheur enfin trouvés. A partir de 1949, il fournit des maquettes d’émaux à l’abbaye de Ligugé.
Son prestige en tant que coloriste et graveur n’a cessé de s’étendre, notamment au Japon et en Corée, où il est considéré comme l'un des peintres religieux les plus importants du xxe siècle. L’ensemble de ses œuvres a fait l’objet d’une donation de sa famille à l'État en 1963.


Exposition tenue en l’église Saint-Pierre Le Corbusier à Firminy du 19 au 22 septembre de 10 h à 18 h. Visite libre et gratuite, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine.
Deux rencontres autour de l’exposition : une conférence de Frédéric Cherveche-Rouault, petit-fils du peintre, sur Georges Rouault, vendredi 19 septembre à 20 h 15 à la Maison de la culture Le Corbusier à Firminy ; un « parcours musical et poétique » sur le Miserere, au sein de l’exposition dans la nef de l'église Saint-Pierre samedi 20 septembre à 16 h. Récitant : Jean-Louis Veyre-Perrin, à l’orgue Pierre Astor, illustrations de Jean-Michel Larois.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide