Fermer la publicité

Roger Zannier en passe de revendre IKKS

Loire le 23 avril 2015 - Denis Meynard - Commerces - article lu 1929 fois

Roger Zannier en passe de revendre IKKS

Les marques IKKS, One Step et I-Code devraient à nouveau changer de mains, pour la deuxième fois en moins d'un an.

Roger Zannier n’aura pas conservé longtemps la propriété d’IKKS, racheté l’été dernier à son ex-groupe de distribution de vêtements détenus majoritairement par ses enfants. Le fonds d’investissement LBO France confirme être entré en négociations exclusives en vue du rachat au sexagénaire originaire de Saint-Chamond (qui pourrait rester comme minoritaire) de celle qu’il présente comme « une des premières marques françaises de prêt-à-porter au positionnement unique sur le segment du casual chic ».

Issu de l’univers de l’enfant, IKKS Group, qui comprend les marques IKKS (positionnée femme et homme de 35-45 ans) One Step (femme de plus de 45 ans) et I-Code (pour les 15-25 ans), estime « maitriser l’ensemble des canaux de distribution ». Il dispose d’un réseau de 526 boutiques, bénéficiant d’emplacement premium majoritairement en centre-ville et de 218 corners en grands magasins. Il commercialise aussi ses produits via des détaillants multimarques et sur Internet. En 2014, son chiffre d’affaires était d’environ 310 M€ (avec une marge confortable), en légère progression par rapport aux 303,5 M€ de 2013.

Jusqu’à l’été dernier, IKKS Group constituait le pôle vêtements adultes du groupe Zannier, qui s’en est séparé pour renflouer sa trésorerie. Voici quelques mois, en annonçant un PSE, son Pdg, Bernard Molter, écrivait que la cession de cette entité « nous a permis d’alléger notre endettement de façon très significative ». Cette cession au profit de Roger Zannier, qui en a pris le contrôle à 100 % en juillet dernier, n’avait pas été conclue au niveau des 600 M€ escomptés par son ex-groupe, lequel avait conclut l’opération à 480 M€.

Avec IKKS, LBO France (qui détient 20 % du capital de la griffe branchée The Kooples) s’offre une nouvelle enseigne de mode en croissance. Alors que le marché français est en recul, IKKS croît de plus de 5 % par an depuis 2012. Et là où ses concurrents ont surtout misé sur la région parisienne, IKKS a fortement investi dans les grandes villes de province. Ce qui lui donne un potentiel de croissance dans la capitale. Avec aussi des objectifs similaires hors de France pour ce groupe qui réalise actuellement 20 % de ses ventes au Benelux, en Espagne et en Allemagne.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide