Fermer la publicité

Robert Di Credico à Morestel

Isère le 23 novembre 2015 - Claire Thoinet - Expositions - article lu 438 fois

Robert Di Credico à Morestel
DR - La Révérence

L'association des artistes contemporains de la cité des peintres (AACCP) reçoit, pour une dernière exposition en 2015, Robert Di Credico, artiste de renommée internationale pour ses œuvres et performances.

Le rendez-vous à Morestel est incontournable. Tous les deux ans, il revient, fidèle au lieu qui a connu ses premières expositions. Alors qu’il peint sa première toile à 14 ans, depuis 25 ans, il vit de son art… éblouissant. Ses peintures figuratives ont des thèmes récurrents et retravaillés ou nouveaux : joueur d’échecs, tango, tauromachie, flamenco, clowns, musique, chevaux, coqs, samouraï, une série femmes en or (Les trois grâces de Rubens, La Vénus de Botticelli, Diane chasseresse…).

Formes, couleurs et énergie étonnent et émeuvent de par le monde. « Son art est fulgurant. C’est ainsi que réagit le public », explique Ugo, son fils. Ses performances sont plus exacerbées encore. Il y a 20 ans, en 1995, Di Credico réalise en quatre heures une toile (4 x 12 m) pour le 50e anniversaire de l’Onu à Genève. C’est le happening, véritable performance artistique consistant à peindre des toiles de grandes dimensions devant le public. Ses réalisations sont visibles à Paris, Moscou, Pékin, New York, Istanbul, Shanghai, Varsovie, Tokyo…à Morestel et aux Avenières où il vit.

Robert Di Credico, artiste-peintre, a installé son atelier à Aix-les-Bains (Savoie) à un carrefour stratégique. « Plus tu en fais, plus le public en veut. » Il fait sienne cette phrase de Robert Charlebois. « C’est vrai, c’est réel. Ça motive. C’est un véritable moteur », confie-t-il. Si l’artiste veut être aimé, reconnu, comme un devoir, il peint pour surprendre, pas provoquer. L’art, à ses yeux, doit être agréable à voir et à la portée de tous. Et le public en redemande. Force incontestable dans le dessin, flux puissant d’énergie qui s’en dégage par la pose de la couleur, il ne peint, avec pinceau ou couteau, que des êtres vivants. 

Claire Thoinet

Entre ombre et lumière, il souligne leur frontière. www.di-credico.com ; à ses côtés, Patrick Belgrado, artiste autodidacte, est son invité, présentant ses sculptures de fer et de lumière. Exposition à l’espace Pictur’Halles jusqu’au 6 décembre.

 

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide