Fermer la publicité

Roanne - Solidarité : Jean Cluzel lance un SOS dans la Loire

Loire le 09 octobre 2014 - Béatrice Perrod-Bonnamour - Roannais - article lu 437 fois

Roanne - Solidarité : Jean Cluzel lance un SOS dans la Loire
Jean Cluzel, académicien souhaite la création de Cercles Lampedusa Solidarité Active Europe à Roanne (D.R.)

Jean Cluzel (1) est le créateur des Cercles Lampedusa Solidarité Active Europe.

Il est parti d’un constat : la population de l’Afrique va passer de 1 milliard d’habitants à l’heure actuelle à 7 milliards en 2050, alors que l’Europe va stagner à 750 millions.  « Le défi du siècle serait de faire face humainement aux conséquences de l’explosion de l’une et de l’implosion de l’autre. » Il lance un SOS « au secours de l’Afrique et de l’Europe afin que des Africains désespérés ne meurent plus en vue de Lampedusa, mais qu’ils soient éduqués et formés chez eux ». Pour ce faire, il convient de respecter non seulement l’égalité des droits mais aussi l’égalité d’Etre, et de faire accéder le plus grand nombre aux responsabilités publiques, économiques, sociales et culturelles.

Pas de dons mais des prêts

Le concept de ces cercles vise à créer une solidarité active Europe/Afrique, et la solution passe par des aides individuelles de transmission de prêts financiers (microcrédits par le biais de « la banque des pauvres »), de compétences, de savoirs (formation par stages d’immersion), mais surtout pas par des dons : « Pas d’assistanat et de magouille administrative, pas d’argent distribué par Bruxelles », martèle Jean Cluzel. L’outil Internet facilite considérablement la mise en oeuvre de ces circuits
L’Allier a été à l’origine dès 2010 de nombreuses actions, notamment agricoles, en partenariat  avec le Mali grâce à la plateforme Babyloan. Le partenariat a été initié par l’association DFAM 03 (Développement féminin agricole moderne de l’Allier). Aussi Jean Cluzel, s’adresse-t-il aux Roannais et plus largement aux Ligériens, pour former d’autres Cercles Lampedusa de Solidarité active Europe Afrique.

Béatrice Perrod-Bonnamour



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide