Fermer la publicité

Roanne - Liste Nicolin et ses colistiers mystères

Loire le 13 février 2014 - La Rédaction - Roannais - article lu 1206 fois

Il reste encore trois à ajouter sur la liste du candidat Yves Nicolin: son directeur de campagne étant invalidé (voir article en p 41) il doit le remplacer et il garde deux places pour  candidats de dernière heure.  « Nous sommes la seule équipe prête, avec un programme complet », annonce-t-il.

Son équipe se veut être le reflet des composantes de la société  roannaise et non une équipe politique. « Il n'est pas question de faire une mairie UMP », assure t-il.  Sur les candidats présentés, 7 sont encartés à l'UMP et 7  à l'UDI. Il veut une municipalité « avec des compétences plus qu'avec des étiquettes. »
S'il n'a pas encore présenté ses futurs adjoints, il a par contre dévoilé les attributions de chacun en fonction de leur métier, leur savoir-faire ou encore leur  passion. Un peu comme des commissions de compétences.
Les deux priorités de Roanne passionnément sont : la sécurité, puis le développement économique et l'emploi. Pour la question de sécurité, le candidat Nicolin compte sur un ancien commandant de police, un major de police, une agent de l'administration pénitentiaire ; et il souhaite confier le développement économique et à l'emploi à un expert comptable, ancien président de la Chorale, deux chefs d'entreprises, un ancien cadre de Nexter, un commerçants-artisan, un agent général d'assurances, des commerciaux et cadres  commerciaux. Les professionnels de santé seront également représentés tout comme les métiers sociaux.
La benjamine de l'équipe a 20 ans et elle est vendeuse ; le doyen, 77 ans, est ancien officier de l'armée de l'air. Si la loi le permet Yves Nicolin sera maire et député ; si elle ne le permet plus, il sera seulement maire.
Pour préparer cette élection de mars il y aura 420 actions de campagne, deux réunions publiques la veille du 1er tour et du 2e tour, 8 réunions de quartier, 38 réunions chez les particuliers. Le député, échaudé à la dernière élection, est prudent. « En 2008, j'ai péché  par orgueil, je croyais la partie trop facile. » Il fait une promesse aux Roannais. « Quand nous disons nous baisserons les impôts, nous les baisserons ! »

L.P.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide