Fermer la publicité

Roanne : de plus en plus de malades, de moins en moins de médecins

Loire le 10 juillet 2015 - Louis Pralus - Actualités - article lu 284 fois

Roanne : de plus en plus de malades, de moins en moins de médecins

Le désert médical est une réalité dans la ville de Roanne. Dès 2010 un jeune médecin, le Dr Benoit Othon, y a consacré sa thèse.

La situation de la démographie médicale roannaise a trouvé une caisse de résonance nouvelle dans la grève de plus de 95% des 100 médecins du Roannais, lancée le 14 avril, et poursuivie par des mobilisations, défilés, rassemblements avec les patients. « C'est le burn-out, avoue le Dr Serraille, à l'origine de cette mobilisation. Il est impossible aujourd'hui à un médecin généraliste de prendre de nouveaux patients, tellement il est surchargé de travail. » Désert médical, oui, avec 88 médecins généralistes pour 100 000 habitants et des départs en retraite qui ne sont pas remplacés (il y en a quatre cette année) quand ce ne sont pas démissions. Depuis 2010 le nombre de médecins baisse de plus en plus et le nombre de malades augmente de plus en plus. Pour  pallier à ces départs en retraite et à cette non arrivée de jeunes médecins on a fait appel à des médecins étrangers mais la solution est en train de tourner court : plusieurs médecins roumains sont retournés dans leur pays, ne supportant plus la charge de travail administratif imposée aux généralistes. Quant aux jeunes médecins leur grande réticence  à s'installer en Roannais vient du  nombre d'heures qu'ils doivent assurer avec les tours de garde, les urgences de nuit, en plus de leur cabinet. La situation est telle que l'hôpital a dû détacher un médecin salarié pour travailler dans une maison médicale à Régny.
S'il y a  surcharge de patients cela tient à la situation sociale de la population. Roanne compte 30% de ses habitants vivant au-dessous du seuil de pauvreté et c'est une population de plus en plus vieillissante. Des pathologies sont propres à cette précarité : alcoolisme, dépression, état psychique délabré... Le Dr Pagès, jeune praticien, porte-parole des médecins grévistes, explique sa situation. « J'ai dû refuser cinq nouveaux patients en deux jours. Roanne a  un médecin pour  1700 habitants alors que dans le reste de la France c'est un médecin pour  800 habitants. Dans les 18 mois à venir le Roannais va perdre 15 médecins, c'est à dire que 1500 patients seront sans médecin ! On ne peut pas gérer une situation pareille. »
Les élus  roannais ont tout tenté pour faire venir de jeunes médecins à Roanne. Par exemple la création par Laure Déroche de la maison des internes. Mais il n'empêche que 80% des internes, ayant fait un stage à Roanne, ont une image négative du Roannais.
Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide