Fermer la publicité

Roanne a la fibre napoléonienne

Loire le 23 octobre 2014 - Béatrice Perrod-Bonnamour - Roannais - article lu 654 fois

Les Roannais étaient préparés à entendre parler de l'Empire.

L'ancien proviseur du lycée Jean Puy, Jean-Paul Nomade,  n'a-t-il pas écrit un ouvrage sur Napoléon et le Roannais ? D'autre part l'intervenant, le professeur Jean Tulard, membre de l'Académie française, est très connu, même par des gens qui n'ont pas forcément fait d'études d'Histoire. Le repas, préparé par la maison Dansard, rassembla environ 60 convives à  l’Hôtel-de-Ville et la conférence, proposée par le comité de la Légion d'Honneur de Roanne, 300 auditeurs. A l'amphithéâtre du Cur, le général Brunet, président du comité de la Légion d'Honneur, accueillit l'académicien en compagnie de M. Descours, sous-préfet et de M. Nomade.
Le professeur Tulard bâtit sa conférence  sur le thème : « les maréchaux sont-ils responsables de la chute de l'Empire ? »  La supériorité numérique des alliés mène à la capitulation de l'armée française et conduit à la première abdication de Napoléon puis à la restauration des Bourbons. L’Empire s’effondre. Le sénat  prononce la déchéance de Napoléon le 3 avril 1814.
« Comment vont se comporter les maréchaux de l’empereur lorsque le sénat le déclare déchu ? Ont-ils trahi ?, lance Jean Tulard. La première trahison aura été  celle de Bernadotte. Il n’est plus maréchal depuis qu’il est roi de Suède. Il participe en 1813 à la coalition contre la France, et prend le commandement de l'armée alliée du nord de l'Allemagne… »
L'orateur passe en revue les trahisons de Murat, Berthier, Mac Donald, Oudinot, Lefèvre et Ney qui  refusent de marcher sur Paris. Marmont signe une capitulation avec Schwarzenberg. Le 11 avril 1814, traité de Fontainebleau. Napoléon abdique, accepte de résider comme souverain sur l'île d'Elbe. Mais il débarque à Golfe Juans le 1er mars 1815, passant par les Alpes (route Napoléon) pour éviter la Vallée du Rhône où il a été chahuté  à l’aller !  

Béatrice Perrod-Bonnamour



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide