Fermer la publicité

Roanne : 2e île de Mayotte ?

Loire le 30 octobre 2015 - Louis Pralus - Roannais - article lu 230 fois

Roanne : 2e île de Mayotte ?
Louis Pralus - Spectacle maoré à l'espace congrès

Les ressortissants de l'ile de Mayotte sont de plus en plus nombreux à Roanne. Tout a commencé avec les étudiants.

Dans le Roannais on compte quelque 400 Mahorais, c'est à dire habitants de Mayotte. Ce sont d'abord les étudiants qui sont venus à l'IUT puis des adultes en formation, puis des familles. Des problèmes sont apparus : mauvaise connaissance du  français, difficultés pour se loger et trouver un emploi. La mission locale de Roanne s'est mobilisée pour leur donner  les moyens de s'intégrer, à commencer par l'apprentissage du français.

Un formateur de la mission locale explique. « Les premiers Mahorais sont arrivés il y a 4 ou 5 ans. La mission locale en avait alors 7, aujourd'hui elle en a 90. Ils ont une bourse comme étudiant mais aucun droit à l'échec et ils n'ont que 10 % de réussite ! » Tout vient de la base. A Mayotte le manque d'enseignants est énorme, aussi on a titularisé des enseignants  d'un niveau entre 6e et 3e. Ceux qui viennent pour apprendre un métier ont plus de chance; ils n'ont pas d'obligation de retour chez eux en cas d'échec.

La vie à Roanne s'organise pour la communauté mahoraise. Baoulida Dahabou a créé en 2013 l'association Ylang-Ylang (nom d'une fleur typique de Mayotte). Ils n'ont pas de local et se réunissent chez la présidente ou dehors au parc des sports. Ils donneront des spectacles, des soirées chants, participeront à la fête de l'amitié avec leurs danses et leur gastronomie (ailes de poulet au piment avec bananes vertes et légumes). De leur côté des jeunes ont créé un club de foot.

Un ancien de Mayotte, établi à Vichy où il est arrivé en 1996, parle de sa vie en France. « Il y a du travail en France, j'en ai toujours trouvé. Les salaires sont élevés mais chez vous il y a tout le temps des factures à payer ! Chez nous on n'a pas toutes ces charges mais les produits importés sont très cher : un yaourt c'est 7 €. » Qu'est-ce que la culture mahoraise ? « C'est un mélange de trois cultures, trois religions, trois gastronomies : musulman, Inde, Afrique mais on se marie entre religions, on s'entend très bien entre tous, c'est très tolérant. »

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide