Fermer la publicité

Roannais agglomération : le temps des procureurs

Loire le 07 mai 2015 - Louis Pralus - Politique - article lu 316 fois

Roannais agglomération : le temps des procureurs

Le conseil d'agglomération du 30 avril s'est transformé en tribunal, Yves Nicolin faisant figure d'accusé.

Laure Déroche a ouvert les hostilités.  Y. Nicolin avait fait voter, une séance avant, une modification  de  délégation de pouvoir. En cas d'absence ou d'empêchement du président, le 1er vice-président, Daniel Fréchet, assurera le pouvoir, dont celui d'ester en justice. « On comprend maintenant cette délibération. Vous saviez en mars que vous seriez entendu au tribunal », lâche  Laure Déroche. Yves Nicolin renvoie la réponse en fin de séance.

Jean-Jacques Ladet demande alors à Yves Nicolin d'expliquer une décision le concernant. « J'ai été surpris que vous me retiriez la délégation santé. Pourquoi je ne garderai pas cette délégation avec l'appui d'un autre élu ? Je le regrette pour le travail que j'ai fait. » « Il est légitime après un an de fonctionnement d'ajuster les délégations. Il faut que quelqu'un s'occupe à plein temps de la santé,  j'ai confié cette délégation à Pierre Poissard. J'ai pensé que vous étiez débordé depuis votre élection au conseil départemental », explique M. Nicolin. La gauche réagit à cette éviction. « Une suppression de délégation en cours de mandat, si elle n'est pas demandée, est préjudiciable. J.-J. Ladet est compétent. Pour vous il faut couper l'herbe sous les pieds des élus de gauche pour faire voir qu'ils ne font rien ! », reproche Mme Schmück. ;  «Votre décision est un coup bas politique », estime M. Chervin. « M. Ladet , vous êtes un fantôme, vous n'êtes jamais présent. Vous faites croire que vous faites beaucoup et vous ne faites rien ! », finit par répliquer Jean-Marc Detour.

En fin de séance Y. Nicolin répond  à L. Déroche : « Vous voulez faire d'une affaire judiciaire une affaire politique mais pouvez-vous appliquer jusqu'au 6 mai un principe : tant qu'une affaire n'est pas jugée, le prévenu est présumé innocent !  Les faits remontent à 10 ans, l'enquête a duré 5 ans suite à une lettre anonyme. Quand cette affaire sera passée je ferai une proposition de loi : qu'on classe sans suite les lettres anonymes. Je conteste toutes les accusations. Je suis serein, la procédure de marché public a été totalement respectée. » Pour sa part D. Fréchet indique qu'un cabinet d'avocats est mandaté pour savoir si l'agglomération a été lésée et il prendra une décision d'après ce rapport.
 

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide