Fermer la publicité

Risques miniers : peut-on construire n'importe où ?

Loire le 01 mars 2015 - Emilie MASSARD - Sciences, Santé, Environnement - article lu 275 fois

Risques miniers : peut-on construire n'importe où ?
Emilie Massard - Les mines du bassin stéphanois ont souvent été exploitées au coeur des villes

De par son passé minier, les sous-sols de la région stéphanoise présentent des caractéristiques qui demandent une attention particulière en ce qui concerne les constructions existantes ou à venir. Des conditions de construction qui seront bientôt règlementées par les Plans de prévention des risques miniers, en cours d'élaboration.

Les siècles d’exploitation minière dans la Loire ont assurément laissé des traces. Suffisamment pour en tenir compte dans l'aménagement du territoire. C’est l’objectif des 4 Plans de prévention des risques miniers (PPRM) en cours d’élaboration dans le département : définir les conditions de construction, d’occupation et d’utilisation des sols ainsi que les mesures relatives à l’aménagement, à l’utilisation ou à l’évolution des biens existants. C’est la Direction départementale des territoires qui élabore actuellement ces plans, sur quatre périmètres différents : Saint-Etienne, la couronne stéphanoise, les vallées de l’Ondaine et du Gier, soit 29 communes concernées au total.

Les zones à risques sont nombreuses et déterminées selon les aléas qu’elles peuvent présenter (effondrement, tassement, glissement de pente ou échauffement). En croisant les aléas et les enjeux, ces zones peuvent être déclarées inconstructibles ou soumises à des conditions de construction. Quant au bâti existant, les PPRM en définiront les possibilités d’extension ou de changement de destination, avec l’objectif de ne pas en augmenter la vulnérabilité.

Trois des PPRM ligériens ont été prescrits en 2012 et devront être approuvés au plus tard en 2016. « Le travail se fait en différentes phases », explique Julie Tissot, chef du service Aménagement et planification de la DDT Loire. « En ce qui concerne la couronne stéphanoise par exemple, nous avons bien avancé dans la concertation avec les élus. Nous allons voir les élus des communes concernées pour discuter des enjeux de leur territoire puis leur présenter les cartes de zonages, leur expliquer le règlement, l’impact sur les habitations et les entreprises concernées. »

Dans les communes de la couronne, la DDT entrera bientôt dans la phase de concertation avec les habitants, avec la mise en place de panneaux pour informer la population et l’organisation d’une réunion publique d’ici l’été. Les derniers bilans et enquête publique permettront ensuite la finalisation du projet. En attendant l’approbation des PPRM, la DDT doit être consultée par la mairie lorsqu’une construction est prévue sur un tènement impacté par un aléa minier, selon les cartes établies par les services de l’Etat.

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide