Fermer la publicité

Retour du cyclisme au palais des sports

Isère le 30 octobre 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Région grenobloise - article lu 141 fois

Retour du cyclisme au palais des sports
Caoline Thermoz-Liaudy - Le cyclisme doit faire son retour au palais des sports

Lors du conseil municipal du 21 juillet 2014, la Ville de Grenoble avait décidé de reprendre en gestion publique le Palais des Sports. Lors du conseil municipal du 19 octobre dernier, la majorité en a dit plus sur ses ambitions pour cet équipement.

En ne renouvelant pas la convention d’occupation avec l’association qui gérait depuis 2007 le palais des sports, la ville de Grenoble décidait de reprendre la main sur cet équipement. Le but : en reprendre la maîtrise, le proposer à la location à différents organisateurs d'événements et baisser le coût pour la ville (qui subventionnait l’association gérante). La reprendre en gestion directe avait donc pour objectif de trouver un nouvel équilibre budgétaire. Les arguments à l’époque : le lieu est largement sous-utilisé.
Dès la semaine prochaine, il accueillera pour la première fois les Rencontres du Cinéma de Montagne (du 10 au 14 novembre). Olivier Bertrand, adjoint à l’animation précise : concerts, spectacles, manifestations privées, soirées étudiantes… « Nous avons ouvert ce palais des sports. Nous voulions mettre fin à une gestion opaque qui coûtait cher à la ville (plus d’1,5 M€ / an). Nous serons à la fin du bilan bien en dessous de ce coût ». Et ce n’est pas tout : le vélo sera de retour. Explications cette fois de l’adjoint aux sports, Sadok Bouzaiene. « Le lieu abrite la seule piste couverte de l’Est du pays. Créer une activité cycliste régulière à Grenoble pour les clubs de la région est une idée saine et légitime. […] La ville de Grenoble, l’Entente Sud-Isère piste et la Fédération cycliste souhaitent redonner un avenir à cette piste ». Car depuis 25 ans, les clubs, en hiver s’entraînent à Genève, une perte pour la ville. Problème : des travaux s’imposent, le parquet est trop endommagé pour les activités scolaires et périscolaires, et les pistes en bois « sont fortement endommagées par le manque d’entretien des dernières années ». On avance aussi un éclairage obsolète et énergivore. Coût de l’opération : 748 000€, dont 30% apporté par la région. Des solutions ont été faites auprès du ministère des Sports (via le CNDS), du Département et de la Métro.
La délibération a été votée malgré l’abstention des groupes FN, et LR-UDI. Et malgré les interventions de M.Chamussy (LR) : « Les dépenses d’accord, mais les recettes il faudra  nous les montrer », et de J.Safar : « Piste dégradée ? Lors des derniers 3 jours cyclistes, il y avait des professionnels qui n’auraient pas couru sur une piste dégradée. Quand a-t-elle été abîmée sachant qu’à la remise des clés, tout était parfait ? ».


C.T.-L.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide