Fermer la publicité

Réseau de Santé Roannais : union avec les Stéphanois

Loire le 15 mars 2015 - Béatrice Bonnamour - Sciences, Santé, Environnement - article lu 307 fois

Réseau de Santé Roannais : union avec les Stéphanois

A la demande de l'Agence régionale de santé (ARS), le Réseau de santé du Roannais va s'unir à deux réseaux stéphanois : Dedicas et Amadis, devenant polyvalents sans critère d'âge et de pathologie, pour étendre leur champ d'intervention. L'assemblée « extraordinaire » du réseau roannais a approuvé le 23 février cet engagement commun.

« Le 13 janvier, l’ARS publie un appel à projet. Il vise à faire évoluer l’ensemble des Réseaux de santé rhônalpins vers des fusions de compétences et de procédures internes, en partenariat et en complémentarité avec les dispositifs existants, afin d’aider les professionnels de santé (médecins, infirmiers, kinésithérapeutes…) à maintenir à domicile les particuliers malades, âgés, handicapés. Coordonné, le champ d’action des Réseaux de santé fusionnés sera ainsi élargi et les zones blanches comblées » justifie la directrice Fabienne Florence.

« Il s’agit aujourd’hui, en quelque sorte de la concrétisation d’un mariage entre le Réseau de santé du Roannais et les deux Réseaux de santé Dedicas et Amadis tous deux basés à Saint-Etienne », enchaîne le président, Jean-Paul Dumas. Dedicas (réseau diabète à Saint-Etienne intervenant sur le département de la Loire), Amadis (réseau gérontologique intra-stéphanois) vont devenir polyvalents sans critère d’âge, tout comme le RSR déjà polyvalent, intervenant sur le bassin de santé roannais. Les compétences et  actions de chacun doivent ainsi être mises en synergie. Les deux réseaux stéphanois vont s’installer dans les mêmes locaux.

 L’objectif de cette fusion consiste en une couverture territoriale la plus large possible. Le Réseau de santé du Roannais n’interviendra plus dans les cantons de Saône-et-Loire, Marcigny, Semur, Chaufailles qui bénéficie d’un autre réseau mais s’étendra jusqu’à Noirétable, Boën… voire Feurs. Cette nouvelle disposition, concrétisée le 15 mars applicable en janvier 2016 pourra réduire les inégalités sociales de santé par une couverture territoriale homogène. La réponse à l’appel à projet, validée par l’ARS, conditionne la pérennité du financement des réseaux concernés.

B. P.-B.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide