Fermer la publicité

Renforcer l'Isère via les territoires

Isère le 09 novembre 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Collectivités locales - article lu 69 fois

Le président du conseil départemental Jean-Pierre Barbier, élu depuis le printemps, a engagé une tournée des territoires isérois.

Pourquoi avez-vous entamé cette tournée des territoires ?

Le Département de l'Isère compte près de 4 500 agents dont près des 2/3 travaillent au sein des 13 maisons de territoire. Il était évident pour moi d’aller à leur rencontre, comme je l’ai fait pour les agents de l’hôtel du Département, pour mieux connaître leur quotidien et les éventuelles difficultés qu’ils rencontrent. J’ai le souci d’être à l’écoute de leurs propositions pour simplifier les procédures dès que cela est possible ou encore améliorer le service rendu aux publics. C’est aussi l’occasion de rencontrer les assistants familiaux du département qui exercent un métier difficile et souvent méconnu, alors que leurs missions sont essentielles.

Quelles articulations envisagez-vous ?

Pour décider des investissements prioritaires à réaliser par exemple sur les collèges, les routes…, je souhaite voir la carte du département et non pas une loupe appliquée sur tel ou tel territoire. La territorialisation présente le gros avantage de permettre la prise en compte des spécificités de chaque territoire. Pour autant, je l’ai dit et affirmé lors de mon discours d’investiture, je suis très attaché à un développement juste, équilibré et harmonieux du département. La nouvelle majorité  sera garante de la cohérence des politiques départementales.

Les maisons du territoire sont-elles toujours pertinentes ? Ne crée-t-on pas un échelon supplémentaire ?

La loi NOTRe fait tout grossir, les régions comme les intercommunalités. Au final, le département annoncé comme supprimé sort renforcé dans sa vocation d’échelon de proximité. Dans ce contexte, le rôle des maisons du territoire n’en sera que plus important. Elles offrent un service public accessible, proche des citoyens. Néanmoins, le contexte budgétaire des collectivités est difficile et le Département n’échappe pas à la règle. Nous travaillons dans cette logique avec les communes et les  intercommunalités, et pilotons avec la préfecture un « schéma d’amélioration de l’accessibilité des services au public », afin de proposer le meilleur accès possible. 

Caroline Thermoz-Liaudy

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide