Fermer la publicité

« Rendre Grenoble aux Grenoblois » : Le projet Bonzy en lice

Isère le 05 février 2014 - Caroline Thermoz-Liaudy - Actualités - article lu 1415 fois

« Rendre Grenoble aux Grenoblois » : Le projet Bonzy en lice
Au centre, Denis Bonzy entouré de Pierre de Villard, Lætitia Roux, Françoise Chomarat, Benoît Boucharlat et Élizabeth Zitoun (© DR)

Original jusque dans son local de campagne.

Alors que la plupart de ses concurrents choisissent un appartement en rez-de-chaussée, avec pignon sur rue, en hyper-centre, Denis Bonzy a installé son quartier général au premier étage d’un immeuble avenue Félix-Viallet. Autour de lui ce jour-là, Élizabeth Zitoun, Pierre de Villard, Lætitia Roux, Françoise Chomarat, et Benoît Boucharlat, qui figureront sur la liste des éligibles. La liste, intitulée « Nous citoyens », n’ai pas autrement qualifiée par les principaux concernés, que liste de « société civile ». Un titre plutôt antinomique quand on est candidat à une élection municipale… Mais il doit s’agir ici d’une nouvelle provocation de Denis Bonzy qui, il est vrai, a décidé de révolutionner le petit monde des municipales. Outre la baisse des impôts locaux, et l’installation du pouvoir de révocation, qui permettra aux citoyens de congédier leur maire s’ils ne le trouvent pas assez efficace ou honnête, il propose de réduire le nombre d’adjoints à 8, contre 22 actuellement. Et à propos du nombre d’élus, il ne peut s’empêcher de revenir sur l’élection des 40 vice-présidents de la Métro : « Il faut foutre tous ces sortants dehors. Quand 25 % des foyers grenoblois vivent avec moins de 1 300€/mois, 40 hommes choisissent de s’octroyer 1 600€/mois pour 5 heures de boulot par semaine.» Le ton de la campagne est donné ! Malheureusement, autour de lui, les colistiers ne font pas tous preuve de la même assurance. Il faut dire que quelques-uns débutent en politique. Mais c’est justement l’idée de la liste Bonzy : « Rendre Grenoble aux Grenoblois ». Avançant une image de la ville dégradée pour les habitants comme pour les personnes venues de l’extérieur, argumentant sur le sentiment d’insécurité, la politique locale par la liste « Nous citoyens » c’est avant tout la démocratie participative, l’écoute et la consultation des habitants. Bref, le programme de Denis Bonzy peut-être caricaturé en 4 comparaisons qu’il fait lui-même : « Grenoble doit être gaie comme Barcelone, propre comme Genève, dynamique comme Toulouse, et bien desservie comme Bordeaux ! »


Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide