Fermer la publicité

Réjouissances et inquiétudes au menu des restaurateurs de la Loire

Loire le 13 juillet 2015 - Denis Meynard - Commerces - article lu 357 fois

Réjouissances et inquiétudes au menu des restaurateurs de la Loire
© Denis Meynard - Plusieurs dizaines de professionnels réunis pour un moment de convivialité.

Les patrons d'établissements de la Loire essaient de s'y retrouver au milieu des différents labels proposés à la profession.

Les restaurateurs de la Loire se sont réunis en assemblée générale le 29 juin à Rochetaillée, le village où exerce leur confrère Yves Genaille, président de l’Union départementale des métiers et des industries de l’hôtellerie. Parmi les manifestations auxquelles participera la profession dans les mois à venir, figure la troisième opération des maîtres-restaurateurs au lycée professionnel hôtelier Le Renouveau, de Saint-Genest-Lerpt, le 21 septembre. Elle rassemblera 12 chefs et 120 convives. Seront également reconduites la traditionnelle soupe des chefs au Zénith, au profit d’une association caritative, ainsi qu’un don du sang gourmand, avec des étudiants de la faculté de médecine de Saint-Etienne.

Un sujet d’actualité assombrit l’humeur de la profession : l’obligation depuis début juillet par une directive européenne de notifier aux clients la liste de 14 des principaux allergènes alimentaires qui entrent potentiellement dans la composition de leurs plats. Yves Genaille s’inquiète des nombreuses évolutions de la réglementation qui encadre l’exercice de la profession. Il évoque ainsi le label « fait maison » pour lequel la cuisson doit désormais être effectuée à l’intérieur des établissements qui la sollicitent, ainsi que la démarche de Maîtres restaurateurs (la Loire en compte 35), qui pourrait bientôt être suivie par le label « artisan cuisinier ».

La multiplication de ces appellations risque d’être « peu lisible pour le public », avance un professionnel. « Le fait maison, je pense que cela va faire pschitt », pronostique pour sa part le président départemental de l’Umih. Il préférerait que plus de moyens soient mis sur la communication autour des Maîtres restaurateurs, label « qui existe depuis 2008 et qui donne droit à un crédit d’impôt sur les investissements ». Du côté des cafetiers, Jean-Edouard Turc annonce le retour de la Course des garçons de café dans les rues de Saint-Etienne, un samedi de septembre. Il précise qu’elle sera ouverte aux serveurs professionnels, ainsi qu’aux étudiants des écoles hôtelières.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide