Fermer la publicité

Regards volés, vues dévoilées...

Isère le 16 avril 2017 - Gaëlle BARDIN - Expositions

Regards volés, vues dévoilées...
Régine Gaud et Guy Dellevet sont deux artistes atypiques dont les univres se complètent au sein de la galerie

Des personnages aux regards vides, des yeux sortant des mur, immergeant du sol ou surgissant des boîtes, des images en ribambelle, des visions en éventail... Tels sont les éléments intrigants des « Regards volés »à la galerie viennoise Test du Bailler.

Guy Dallevet et Régine Gaud sont deux artistes lyonnais aux parcours déjà riches et variés, qui ont accepté de croiser leurs univers autour du thème des « regards volés ». Un vaste sujet qui insuffle à chacun des créations atypiques. Derrière les yeux malades issus de planches d'ophtalmologie anciennes, ou devant les carnets dépliés de Régine qui distendent nos regards quitte à les détourner de leur objet premier, le spectateur s'interroge sur ce sujet éternel qui remonte à l'aube de l'humanité. Le regard n'était il pas le premier outil pour capter une proie ou se dérober à l'autre ? Dès lors que l'on passa à la représention, on commença à se « monstrer »... N'est pas le propre de l'artiste de « se monstrer » aux regards des autres ? A l'image de la réalité car selon Guy, « on est toujours le monstre de quelqu'un ».  Telle est la question qui affute ses pinceaux, nous invitant à voir et nous laisser voir à travers des yeux contaminés... Régine explore l'angle de vue, en éternel évolution dès lors que le regardant modifie position où se confronte au miroir... Mirer, se mirer, se voir, ne pas voir, voir au delà, s'aveugler, absorber l'autre de son regard... Que reflètent donc tous ces yeux si ce notre propre regard ?

Gaëlle Bardin

Jusqu'au 23 avril, 4 rue Test du Bailler, ouvert du vendredi au dimanche 16 h-19 h.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide