Fermer la publicité

Réforme territoriale : le ministre mise sur l'Etat de proximité

Isère le 29 mai 2015 - Alexandre Bassette - Collectivités locales - article lu 598 fois

Réforme territoriale : le ministre mise sur l'Etat de proximité
Alexandre Bassette - Tout un symbole : l'accueil du ministre a eu lieu sur la passerelle reliant Vienne à Sainte-Colombe entre Rhône et Isère

En visite à Vienne, Thierry Mandon a demandé aux services de la préfecture et aux collectivités locales d'identifier les besoins de la population pour réformer en adéquation avec le territoire.

Syndicat des rives du Rhône, Rhône-Pluriel ou Grand Projet Rhône-Alpes. Situé au carrefour de cinq départements, l’Isère, le Rhône, la Drôme, l’Ardèche et la Loire, le bassin de vie viennois n’a pas attendu qu’une réforme circule dans les tuyaux ministériels pour créer des liens avec l’ensemble des territoires qui l’entourent.
« Aucun autre territoire n’a posé le problème aussi clairement, a salué le secrétaire d’Etat chargé de la réforme de l’Etat et de la Simplification, Thierry Mandon. Et en plus, vous amorcez les réponses », a-t-il observé. Une référence aux nombreux projets communs bâtis à cheval entre les différents départements par les collectivités.

Des blocages persistent

Mais cette base, sur laquelle s’est appuyée la vie des habitants et des entreprises pour se développer, ne suffit pas. Aussi efficace soit-elle. Sauf exception, il est encore difficile de s’inscrire dans les établissements scolaires d’une autre académie et les demandeurs d’emploi sont toujours contraints de parcourir de nombreux kilomètres pour se rendre dans leur agence de référence.
Pourtant, « il est possible de dépasser nos frontières », a lancé Thierry Kovacs, président de ViennAgglo. D’autant que la demande des habitants est bien là. La sous-préfecture et son service cartes-grises, accessible à tous sans distinction géographique, en est l’exemple le plus probant. « 30 % des usagers sont désormais originaires d’autres départements », a souligné le sous-préfet, Florence Gouache.

Décortiquer les besoins concrets

Pour mener à bien la simplification, il reste donc à déterminer comment faire face au surplus d’activité qu’elle engendrerait. « Et, surtout, à la mettre en adéquation avec la réalité du territoire », a souhaité Thierry Mandon, demandant aux acteurs locaux de décortiquer les besoins concrets des populations et de lui faire des suggestions.
« Il faudra bien distinguer les services nécessaires au quotidien de ceux qui sont plus ponctuels, a estimé le préfet de l’Isère, Jean-Paul Bonnetain. Personne n’a besoin de se rendre à la préfecture tous les jours. » Mais c’est autre chose pour Pôle emploi, les établissements scolaires « et sans doute beaucoup d’autres choses », a reconnu le ministre qui a promis d’apporter des réponses « innovantes et utiles » dans les mois qui viennent.

Alexandre Bassette

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide