Fermer la publicité

Recherche : Quels étaient les conditions climatiques sur la terre primitive ?

Loire le 14 novembre 2014 - Daniel Brignon - Actualités - article lu 812 fois

Recherche : Quels étaient les conditions climatiques sur la terre primitive ?
B. Moine, directeur l'antenne stéphanoise (12 personnes dont 10 chercheurs) du laboratoire Magmas et volcans et J. Marin-Carbonne (D.R.)

Johanna Marin-Carbonne a débuté comme maître de conférence en géologie à l'université Jean-Monnet en septembre dernier où elle collabore dès lors comme chercheuse à l'antenne stéphanoise du laboratoire Magmas et volcans de l'université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand.

La toute nouvelle recrue y poursuit ses travaux de recherche sur les conditions environnementales de la terre primitive qui lui ont valu le premier prix « jeune chercheur » décerné par la Société française d’exobiologie, société savante constituée en 2009 réunissant toutes les disciplines tournées vers l’étude de la vie dans l’univers.
L’étude qui a fait l’objet de sa thèse en 2009 portait sur des « cherts » (ou silex) du précambrien, une longue période de l’histoire de la terre qui va de 4,5 milliards d’années à 500 millions d’années en arrière. En étudiant les variations isotopiques de l’oxygène et du silicium contenus dans ces pierres, la chercheuse a pu évaluer la température des océans pendant cette période où est apparue la vie : entre 35 °C et 42 °C. La chercheuse stéphanoise a fait évoluer la précision sur cette estimation, qui était antérieurement autour de 60 °C, par l’usage dans l’analyse d’une sonde ionique et surtout par la qualification des échantillons de roches utilisées en établissant des « critères de préservations des roches ».
Sa recherche se poursuit aujourd’hui sur la formation de ces cherts ainsi que sur la formation des sulfures auxquels elle s’intéresse plus précisément aujourd’hui. « Il s’agit de développer des modèles de formation de ces minéraux il y a 3 milliards d’années, vérifiés en laboratoire par des travaux de cristallisation, pour déterminer l’environnement terrestre à cette période », tout au moins affiner la connaissance sur la formation de la terre, même si l’on va la chercher par ailleurs sur une comète…

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide