Fermer la publicité

Rachat des cliniques Saint-Victor et des Monts du Forez

Loire le 01 juillet 2014 - Denis Meynard - Actualités - article lu 2563 fois

Rachat des cliniques Saint-Victor et des Monts du Forez
La clinique de Saint-Victor-sur-Loire a élargi la palette de son offre de soins depuis 3 ans (D.R.)

10 ans après la clinique des Monts du Forez, l’établissement psychiatrique de Commelle-Vernay, dans le Roannais, la Générale de Santé avait fait l’acquisition en 2009 de la Clinique Saint-Victor-sur-Loire, située sur les hauteurs verdoyantes des gorges de la Loire, à Saint-Etienne.

Ils font partie des trois principaux établissements de santé mentale de la Loire, avec la clinique de Montrond-les-Bains (groupe Medica).
Depuis décembre 2013, le groupe éponyme de 151 hôpitaux privés bâti par l’Australien, Paul Ramsay (décédé le 1er mai dernier), a franchi un pas important pour son ancrage dans l’Hexagone, en acquérant les 26 cliniques de Médipsy (la branche psychiatrie de la Générale de Santé, qui compte plus de 2 600 lits), dont deux sont dans la Loire.

La clinique stéphanoise s’est agrandie

Saint-Victor, toujours dirigé par le Dr Olivier Drevon l’un des trois fondateurs de l’établissement en 1989, a connu une importante extension en 2011. Quelque 900 m2 supplémentaires, représentant un investissement de 1,5 M€ ont permis d’installer 25 lits supplémentaires (10 en hospitalisation de nuit, et 15 places en hospitalisation de jour), qui s’ajoutent aux 96 lits d’hospitalisation complète.
Cette clinique, qui gère en interne les activités telles que l’entretien et la restauration, a un effectif d’une centaine de salariés. Dont une partie a débrayé, pour la première fois en juin, pour obtenir une revalorisation salariale qui avait été remise en cause à la suite d’un recul des résultats, qui restent bénéficiaires. Plus dans le nord du département, la Clinique des Monts du Forez, créée en 1973 et aujourd’hui dirigée par Karine Rivet-Saniard, affiche en 2012 un chiffre d’affaires de 3,5 M€, réalisé avec un effectif de 44 salariés.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide