Fermer la publicité

Réseaux - Le Haut Forez a son club d’entreprises

Loire le 29 mai 2014 - Xavier Alix - Actualités - article lu 658 fois

Réseaux - Le Haut Forez a son club d’entreprises
S. Redon, secrétaire ; A. Belime, président ; A. Bonnet-Mialon, vice-président ; M. Courat, trésorier (D.R.)

Ils sont 400.

Qu’ils soient autant les a beaucoup étonnés. Chefs d’entreprise ou associé dans un cabinet, Alain Belime, Adrien Bonnet-Mialon, Stéphane Redon et M. Courat ont découvert en 2013 le nombre de « professionnels » exerçant sur leur territoire via des réunions à l’initiative de la communauté de communes du Pays de Saint-Bonnet-le-Château.
« On s’est rendu compte que l’on ne connaissait pas notre environnement. L’idée d’un club qui n’a jamais existé sur notre territoire est née comme ça », raconte Adrien Bonnet-Mialon, à la tête du magasin de matériel médical Cap Vital et vice-président de Réseau entreprises Sud-Forez (RESF) officiellement lancé en mars. Lundi 26 mai, une cinquantaine de personnes assistait à sa soirée de lancement à Saint-Bonnet-le-Château. Initiative encouragée et soutenue par la communauté de communes. Elle a financé la réalisation d’un site Internet et envoyé en mission deux de ses salariés afin d’étudier ce qui se fait déjà dans le département. CIC, Crédit mutuel et Crédit agricole apportent aussi une aide.
RESF n’est pas centré sur un secteur professionnel mais sur un territoire et veut regrouper large : industriels, commerçants, artisans et prestataires de services. Des mondes qui ne se côtoient pas forcément mais qui auraient intérêt à le faire : « les quatre sont d’ailleurs représentés au bureau », appuie le président Alain Belime, dirigeant de Sapcie, formateur en prévention des risques. RESF espère une quarantaine d’adhésions pour débuter (tarif de 50 à 290 € selon leur taille). Le fleuron local qu’est Obut, en sera-t-il ? « Ils sont intéressés, nous aimerions voir Romain Souvignet au bureau, assure A. Bonnet-Mialon, côté industriel, nous avons déjà Jean-Philippe Chabanol de la Châtelaine. Stof est également intéressée. »
Alors que le site web, déjà opérationnel, permet d’échanger demandes et offres d’emplois, outre une visibilité extérieure accrue, les objectifs sont bien sûr de mutualiser des moyens (par exemple un stand commun à la Foire de Saint-Etienne), informations et éventuelles formations. Effectuer des animations aussi. « Il est souvent difficile de se rendre sur Saint-Etienne pour profiter de celles de la CCI, constate A. Bonnet-Mialon, nous avons des idées et restons  à l’écoute des besoins. »

Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide