Fermer la publicité

Répression des piétons : le coup de frein

Loire le 19 juin 2014 - Denis Meynard - Agglomération stéphanoise - article lu 589 fois

Vendredi 6 juin, les services de l’Etat ont décidé de frapper un grand coup pour tenter d’endiguer la forte augmentation des accidents mortels de la circulation (lire notre édition du 13 juin).

Notamment ceux dont sont victimes les piétons, le plus souvent des personnes âgées.
Après deux opérations de prévention, la veille et l’avant-veille, les policiers installés dans différentes parties de la ville ont dressé des procès-verbaux. Outre huit automobilistes, dont quatre ont refusé la priorité à des piétions, quelque 126 personnes pris en flagrant délit de traversée irrégulière de la chaussée (en dehors des passages protégés ou lorsque la priorité est affichée aux voitures) ont reçu une contravention de première classe et une amende de 4 €.
Cette opération inhabituelle est intervenue dans un contexte d’explosion de l’accidentologie des personnes traversant la chaussée dans la Loire, dont sept ont déjà perdu la vie dans ces circonstances en 2014. Quatre sur la circonscription de police de Saint-Etienne. Dans le même temps, avec 22 morts depuis le début de l’année, le nombre des tués sur les routes du département était en progression de près de 150 % par rapport à 2013.

Annulation sans explication

L’action répressive a suscité de l’incrédulité et « n’a pas toujours été bien reçue par les personnes au profit desquelles elle était organisée, car leur mauvais comportement à l’origine de nombreux accidents est bien ancré dans les habitudes », estime la police. Elle devait être reconduite le 10 juin. Mais le jour J, on apprenait son annulation, sans explication. Il semblerait que l’intérêt suscité au plan national, auquel les autorités n’étaient manifestement pas préparées (notamment la Direction centrale de la police nationale qui a refusé de communiquer sur le sujet), a dépassé les attentes.
Localement des réactions se sont fait entendre. Elles émanent notamment du Parti socialiste, et d’Europe Ecologie les Verts, qui ont émis des réserves aux sanctions ainsi infligées aux piétons.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide