Fermer la publicité

Quel avenir pour la Loge des gardes ?

Loire le 30 octobre 2015 - Louis Pralus - Société - article lu 477 fois

Quel avenir pour la Loge des gardes ?
SMAT - Station de ski alpin pour Vichy et Roanne

La Loge des gardes, station de ski privilégiée des Roannais, a perdu plusieurs de ses équipements.

Station de ski l’hiver, base de loisirs de descente et de glisse l’été, la Loge des Gardes a été créée fin des années 1950 par M. Dessertine, qui a installé une remontée mécanique. Le ski alpin est alors nouveau. A partir des années 1970 le site s'étoffe avec gîtes d'étape, relais équestre, jeux, chalet hors sol, hôtel-restaurant, café-snack, boutique terroir.  En 1987, on estime sa fréquentation à 100 000 passages par an, dont 60 % de Roannais et 30 % d'habitants de Vichy. Le propriétaire de la station, Marc Trancart de Laprugne, l'a revendue (murs, fonds et matériels)  en 2014 avec une mise à prix de 550 000 € et un chiffre d'affaires de 200 000 €. Des Parisiens ont eu un coup de cœur pour ce site des Monts de la Madeleine de 10 ha,  et l'ont racheté.

Aujourd'hui plusieurs éléments de son attraction ont disparu et le propriétaire de l'espace, le syndicat mixte pour l'aménagement touristique, n'a plus les moyens de le maintenir au même niveau. Ainsi ont fermé tour à tour le gîte d'étape, le relais équestre, la boutique terroir, les tables de ping-pong ; le chalet snack Le relais de la Loge. Si on ajoute des jeux en très mauvais état que le syndicat n'a pas les moyens de réparer, la non réédition des dépliants de randonnées et l'ouverture limitée au mercredi et week-end des vacances de la Toussaint de 14 h à 18 h (avant la saison hivernale) la station se réduit comme une peau de chagrin.

Il reste l'hôtel-restaurant Le chalet avec ses 20 chambres et son ouverture permanente mais il ne vit pas sur les pratiquants de ski. Nombre d'amateurs de ski, voyant fermés gîtes et salle hors sac ne reviennent pas. L'été en revanche, les touristes viennent de l'étranger et de toute la France pour une  promenade, la beauté des lieux, la  faune (chouette de Tengmalm, pie grièche écorcheur,  pic noir, chat sauvage) et la flore ( buisson de canneberge, rossolis, achillée ptarmique, sphaignes à fleur jaune, arnica des montagnes...).

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide