Fermer la publicité

Quand le monde est vu par les enfants…

Loire le 18 avril 2015 - Florence Barnola - Spectacle, Théâtre - article lu 152 fois

Quand le monde est vu par les enfants…
JL Fernandez - La metteur en scène Marion Guerrero confie qu' « enfant, j'étais fascinée par les hologrammes dans Star Wars ! »

Après leur hilarant « Rendez-vous, de l'infra-ordinaire à l'extraordinaire » donné la saison passée à l'Usine, la compagnie Tire pas la nappe propose cette fois-ci de nous immerger dans la tête des écoliers avec « La Classe Vive ».

Les trois auteur, comédiennes, metteur en scène de Tire pas la nappe, respectivement Marion Aubert (auteur et comédienne) Capucine Ducastelle (comédienne) et Marion Guerrero (metteur en scène et comédienne) reviennent pour la troisième année consécutive à Saint-Étienne avec un nouvel opus sur les écoliers ligériens et extra-ligériens. Les trois donzelles se sont rencontrées sur les bancs du Conservatoire de Montpellier il y a de cela quelques années. La saison passée, on avait adoré, ri, souri à leur désopilant, inventif et émouvant Rendez-vous de l’infra-ordinaire à l’extraordinaire écrit et créé simultanément à Saint-Étienne. Le spectacle avait alors pour objet d’études les adolescents stéphanois. Il s’agit cette fois-ci d’observer, d’échanger avec des écoliers d’ici et d’ailleurs sur le monde qui les, nous, entoure. L’idée de cette nouvelle création, La Classe Vive, est partie d’un échange entre l’auteur de la troupe, Marion Aubert, et son fils Nestor âgé alors de 7 ans. « Le projet est aussi une invitation pour les enfants à découvrir et participer au processus du spectacle ». Pour cela Marion Aubert a initié un cahier imaginaire où sont inscrites des questions d’ordre général au plus particulier et dans lequel les enfants ont pu y écrire leurs interrogations. « Nous avons décidé de tenir un blog, afin que les enfants puissent suivre en direct le processus de création. Ils verront ainsi comment, à partir de leurs travaux, une écriture s’invente, s’élabore. Comment, exactement comme lorsqu’ils travaillent à leurs productions d’écrits, je rature, reviens, efface, reprends, comment l’écriture est une pratique, un art du faire extrêmement vivant. »

La fine équipe nous invite donc à retrouver les sensations et l’imaginaire de notre enfance et à s’interroger avec nos petits sur notre société. Humour et émotions seront sans nul doute au rendez-vous dans cette lointaine galaxie tirepaslanappesque.

 

Florence Barnola

 

La Classe Vive, par la compagnie Tire pas la Nappe, du mardi 28 au jeudi 30 avril, à 14 h et 19 h, à l'Usine, Comédie de Saint-Étienne.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide