Fermer la publicité

Quand la publicité se fait art

Loire le 25 septembre 2014 - Florence Barnola - Agglomération stéphanoise - article lu 408 fois

« C’est une belle chose, la belle publicité », s’était exclamé Paul-Martial dans une interview en 1936.

C’est donc l’axe de travail de sa maison d’édition : faire de la « belle publicité » et se démarquer de la médiocrité des réclames d’alors.
Créée en 1926 à Paris, en activité jusqu’en 1966, les Editions Paul-Martial se spécialisent dans la photographie d’usines et d’industries. Les collaborations sont nombreuses avec de grosses  entreprises françaises parmi lesquelles la SNCF, les Forges et aciéries de la Marine d’Homécourt, Schneider, Ford, Citroën, les avions Potez, les hydravions Latécoère, l’Office du tourisme pour l’utilisation de l’acier… La liste est longue. Les sujets peuvent être des véhicules comme des automobiles, des avions ou des paquebots (le Champlain, l’Atlantide) mais aussi des outils et pièces d’usine comme des engrenages ou même des caméras. La publicité se fait belle mais surtout se fait art. On retrouve dans les reportages photographiques des plans dignes de l’avant-garde cinématographique allemande.
L’exposition « La Belle publicité » s’est constituée d’une partie des archives  des Editions Paul-Martial que possède le Musée. Le commissaire de l’exposition Martine Dancer-Mourès et son équipe ont pensé cet événement en deux axes de travail mettant en lumière le reportage photographique et ses dérivés. « La première stratégie est de présenter un grand nombre de vintages originaux, ils relèvent du style documentaire ou du document. La seconde repose sur la diffusion de scénarii réalisés grâce à un travail complexe en termes de nouvelles technologies ».
Pour la première fois le musée d’Art moderne et contemporain de Saint-Etienne Métropole expose ce fonds acquis en 2007, il a d’abord été numérisé et inventorié. Cette exposition est une avant-première, un avant goût d’une plus importante, qui associera des artistes modernes et contemporains internationaux et qui aura lieu en 2016 au sein même du musée.

Florence Barnola



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide