Fermer la publicité

Eliane Giraud, tête de liste Isère du PS : « Oui au débat, oui à l'union de la gauche ! »

Isère le 31 octobre 2015 - Sevim Sonmez - Politique - article lu 348 fois

Eliane Giraud, tête de liste Isère du PS : « Oui au débat, oui à l'union de la gauche ! »
EG.Presse - Eliane Giraud : « Il faut comparer projets contre projets entre la gauche et la droite »

A l'approche des élections régionales qui se dérouleront les 6 et 13 décembre, L'Essor Tribune s'entretient chaque semaine avec une tête de liste du département de l'Isère. Une rencontre sur les programmes des partis. Jusqu'au scrutin, retrouvez l'ensemble de ces derniers (dans un ordre tiré au sort). Cette semaine la sénatrice Eliane Giraud, tête de liste Isère du PS.

Quel est votre état d’esprit pour ces élections régionales ?

L’Isère est mon département de naissance et j’ai parcouru la région Rhône-Alpes au fil de mes mandats. C’est une grande région pour laquelle, avec Jean-Jack Queyranne, nous avons énormément travaillé notamment dans le domaine de l’agriculture avec la mise en place de nouveaux outils. Même si nous sommes partis de loin, nous avons un bilan très positif. Aujourd’hui, nous sommes prêts à être la tête d’une grande région Rhône-Alpes Auvergne à la fois en termes économique, de développement et de présence à l’international. Depuis 2014, nous avons mis en place des comités techniques qui ont réfléchi sur la future grande région et dès janvier 2016 notre programme sera applicable et ceci grâce à la mobilisation des différentes administrations qui ont travaillé sur l’organisation de la fusion avec l’Auvergne. Nous avons une responsabilité forte pour que notre nouvelle région soit une belle région de rassemblement de créativité pour mettre des ponts entre les potentiels économiques locaux et ceux de Rhône-Alpes Auvergne. Je suis dans un bon état d’esprit dans une volonté de rassemblement, de travail de proximité avec nos concitoyens.

Vos opposants reprochent à Jean-Jack Queyranne de ne n’avoir porté aucun grand projet. Que leur répondez-vous ?

C’est faux. Depuis 2004, plus de 800 M€ ont été consacrés en moyenne chaque année pour des grands projets comme la rénovation des lycées, le développement ferroviaire, l’innovation économique et le numérique sans oublier les nombreux projets pour les territoires. La grotte Chauvet Pont-d’Arc, le parc naturel de Belledonne, le grand projet de Salaise-sur-Sanne, La Porte des Alpes de Bourgoin-Jallieu…Pour ne citer que quelques-uns de nos dossiers.

Comment convaincre les indécis de voter PS ?

J’estime qu’il faut comparer projets contre projets entre la gauche et la droite. Aujourd’hui, le gouvernement s’attaque aux problèmes structurels de ce pays. Il a voulu le restructurer en créant de grandes régions afin qu’ils deviennent plus compétitifs à l’international. Faire de la région notre priorité, tel est notre slogan. Cette région doit être l’occasion de fédérer les énergies pour une reconquête de l’économie. Nos choix budgétaires seront motivés par deux objectifs politiques : la préparation de l’avenir en concrétisant les contrats de plan 2015-2020 signés avec l’Etat, les Départements et la Métropole mais également la solidarité comme valeur de référence à toutes nos actions.

Envisagez-vous une union avec les écologistes ?

Durant ces dernières années, nous avons conduit la politique de la Région avec l’ensemble de la gauche avec des débats et des discussions car nous ne sommes pas tous semblables et avons chacun nos idées et nos différences. Cependant, lorsqu’on est uni, on gagne. Donc, il faut à la fois dire oui au débat, oui à la discussion et oui au rassemblement. Et le récent référendum sur l’unité de la gauche qui a remporté près de 90 % de oui, atteste que ce rapprochement est voulu car nous avons des desseins politiques qui nous rapprochent et ce malgré nos désaccords. Nous avons un bon bilan et ce bilan nous devons le défendre ensemble. C’est ça l’essentiel. 

Quels sont les axes de votre programme ?

Ils sont au nombre de cinq à travers 25 propositions : l’éducation pour tous, le développement économique créateur d’emploi, l’environnement pour le bien-vivre et une bonne santé, une région de tous les territoires et œuvrer pour une région terre d’humanisme social et de laïcité.
Nous avons analysé les politiques conduites par les Régions Rhône-Alpes et Auvergne afin de définir une convergence et un pacte de gouvernance ambitieux favorisant l’implication de tous par la démocratie participative qui est également un vecteur de dynamisme économique local. Notre force c’est aussi de bien imbriquer les politiques urbaines et rurales et ce sur tous les territoires. Une offre de mobilité accessible à tous, une grande région connectée à 100 % pour développer l’innovation et favoriser l’emploi, font partie des priorités de notre projet 2016-2021. Notre programme repose sur les potentiels des deux régions mais également sur tous leurs territoires qui possèdent une véritable richesse historique et économique.
Nous ne prétendons pas avoir la science infuse, c’est pourquoi nous présentons nos 25 propositions et sommes à l’écoute des réactions de la population afin de les améliorer. Proposer, écouter et réajuster, c’est ça une campagne ! 

Propos recueillis par Sévim Sonmez

 

Bio express

Née en 1952, d’un père artisan et d’une mère gantière, Eliane Giraud a, très jeune, baignée dans la politique locale grâce à son arrière-grand-père qui était maire de La Flachère (Haut-Grésivaudan). Avec une maîtrise de sciences économiques en poche,  à 27 ans elle s’engage pour la gauche et s’occupe de la communication des personnalités politiques. Et c’est 1997 qu’elle s’engage pour la première fois dans une campagne électorale et devient élue à la Région en 1998. Depuis 2014 elle est sénatrice de l’Isère. Durant 20 ans, cette maman de deux enfants a mené une carrière de fonctionnaire territoriale.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide