Fermer la publicité

Prise en charge du patient : le CHU évalué par les usagers

Isère le 17 décembre 2016 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Sciences, Santé, Environnement - article lu 91 fois

Prise en charge du patient : le CHU évalué par les usagers
CHU Grenoble-Alpes - Dans la chambre des erreurs, les anciens patients ont pris la place des manequins

Le CHU de Grenoble accueille quelques 2678 patients chaque jour. Des patients dont l'amélioration de la prise en charge est une priorité affichée, et qui siègent désormais au conseil de surveillance pour faire remonter leurs impressions.

Engagée dans une démarche d’amélioration continue de la qualité des conditions de prise en charge des patients, le CHU Grenoble-Alpes (CHUGA) ambitionne d’aller encore plus loin. « Le CHUGA a fait le choix d’inscrire officiellement cette démarche qualité parmi les cinq priorités stratégiques de son nouveau projet d’établissement 2016-2020 » (lire Essor du 25 novembre) », soulignait Jacqueline Hubert, directrice générale, lors du lancement du « forum qualité » le 29 novembre dernier.


Parmi les temps fort de cette journée, l’exposition participative de 50 posters imaginés et créés par autant d’équipes de professionnels du CHUGA qui a donné lieu à une remise de diplôme. Les professionnels de l’établissement public de santé ont surtout participé à des échanges en table ronde ainsi qu’aux ateliers pédagogiques « la chambre des erreurs », un exercice permettant aux infirmiers, auxiliaires de puériculture, aides-soignants et agents des services hospitaliers d’enrichir leur pratique et de s’auto évaluer dans un contexte bienveillant. Dans ces « chambres », les patients n’étaient pas représentés par des mannequins, mais par les anciens patients, et on traitait de leurs cas.

Une auto-évaluation complétée par une consultation permanente des représentants des usagers. Parcours dans l’hôpital, accès aux soins, compréhension du diagnostic et du parcours médical…autant de points compliqués quand on est patient, mais que des usagers du CHUGA tentent d’améliorer en témoignant de leur expérience  au sein d’un comité autorisé à siéger au sein du conseil de surveillance. Depuis 2014, ces mêmes usagers ont aussi créé une « université des patients » pour partager leurs expériences.

Le CHUGA s’est aussi engagé en 2014 dans la formalisation de 14 « parcours patients » en associant différents métiers et services. La méthode du « patient traceur », qui prend en compte l’expérience du patient, a été appliquée  dans les services au parcours complexe. Une démarche qui a permis d’expliquer le fonctionnement des interfaces entre établissement, et de recenser les besoins d’informations des différents partenaires. Mais aussi de comparer les pratiques professionnelles afin d’améliorer la convergence.

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide