Fermer la publicité

Première saison pleine à la Belle Electrique

Isère le 15 septembre 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Musique - article lu 512 fois

Première saison pleine à la Belle Electrique
Caroline Thermoz-Liaudy - Après une première demie-saison positive, la Belle Eléctrique a dévoilé sa programmation pour le premier trimestre 2015-

C'est la première saison pleine pour la nouvelle salle de musiques amplifiées « La Belle Electrique ». L'an passé après l'inauguration, elle n'a ouvert que 6 mois. 6 mois de succès, que l'association MixLab qui gère la structure compte bien renouveler.

Six mois, 48 dates, 135 groupes (dont 1/3 de régionaux), 45 000 spectateurs, 75% de remplissage et un prix moyen par place de 17,30 €. Un premier bilan encourageant pour la belle électrique, qui a aussi accompagné quatre associations en résidence. De quoi partir sur de bonnes bases pour cette première saison pleine, qui en plus de devoir rendre accessible au plus grand nombre les musiques actuelles, met l’accent sur l’action sociale.


L’an dernier déjà 705 enfants des écoles alentours avaient participé à des actions artistiques. Cette année, ces partenariats seront renforcés, même si la volonté est marquée de s’ouvrir aux autres secteurs de Grenoble. Des conférences sur la musique et la culture seront aussi données au restaurant, et la Belle Electrique montera des projets avec des publics spécialisés, venus d’IME ou de l'Ecole de la seconde chance.


Pour cette nouvelle saison qui commence, les ambitions de MixLab restent les mêmes, favoriser et promouvoir les musiques amplifiées, diffuser une grande part d’artistes locaux ou régionaux, tout en laissant la place aux nationaux et internationaux. Si l’association souhaite toucher un public varié, c’est toujours la tendance éléctro qui est accentuée dans toutes ses tendances : techno, house, soul…mais la programmation de ce premier semestre fait aussi une large place au hip-hop et au rock.


Dans le détail, une soirée reggae : la Belle Electrique accueillera le retour du festival Roots N’ Culture. Du Hip-hop avec entre autre Youssoufa et Blackalicious. Mais aussi de la chanson, française et internationale avec entre autres pour ce premier trimestre : Lou Doillon, Lilly Woods and the Prick, Vianney, La Grande Sophie ou Charlie Winston. Et de la musique pour toutes les générations avec Christophe et John Mayall.


La signature de la salle reste évidemment la programmation électro, avec des noms pour les aficionados comme Tim Sweeney à l’occasion d’une soirée extra de rocktambule, Carl Craig pour ce qui est de la house ou Kosme pour le groove.
Avec une jauge de 1000 places, la salle grenobloise souhaite rayonner sur le grand Sud-Est, et reste un lieu de résidence et de création, et évidemment de diffusion de musique et d’arts visuels, puisque la salle dispose de tout le matériel nécessaire au mapping et aux VJ.


Caroline Thermoz-Liaudy

 

 

Le dilemme de la rentrée


La question qui a taraudé tout l’été les programmateurs de la Belle Eléctrique, c’est celle de l’ouverture tardive. En effet, les trois salles grenobloises concernées (le Drack’Art et l’Ampérage) bénéficiaient d’une dérogation pour l’été, mais qu’en sera-t-il pour le reste de l’année ? Une réunion en préfecture étant prévue durant la première quinzaine de septembre, les programmateurs ont fait le pari qu’ils obtiendraient des dérogations pour certaines soirées… Ils croisent les doigts.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide