Fermer la publicité

Saint-Etienne : le premier budget évidemment rejeté par l'opposition

Loire le 06 février 2015 - Marine GRAILLE - Collectivités locales - article lu 368 fois

Saint-Etienne : le premier budget évidemment rejeté par l'opposition
Marine Graille - Le montant des investissements s'élève pour le budget 2015 à 72,5 MEUR soit - 7,54 % par rapport à 2014

Le dernier conseil municipal a été marqué par la présentation et le vote du premier budget de Gaël Perdriau. Un budget rejeté par l'opposition mais que le maire juge « fidèle » à ses engagements de plan de mandat.

Après un début de séance mouvementé, le conseil municipal a pu débuter avec environ une heure de retard. Le calme revenu, Nora Berroukeche a présenté synthétiquement le premier budget municipal de l’équipe de Gaël Perdriau. En préambule, l’adjointe aux finances a insisté, tout comme le maire, sur la diminution des dotations de l’Etat allouées aux collectivités locales. Pour Saint-Etienne, cette baisse représente 5,7 M€ en 2015.

Premier chiffre à retenir, le budget principal pour 2015 qui s’élève à 317,137 M€. Un montant en légère diminution par rapport au budget prévu en 2014 (323 M€ soit – 1,82 %). Dans cette somme, 244,5 M€ sont consacrés aux dépenses de fonctionnement (soit + 0,28 % en un an) dont 144,5 M€ concernent la masse salariale. En termes d’investissements, le montant s’élève pour le budget 2015 à 72,5 M€ soit - 7,54 % par rapport à 2014.  A l’issue de la présentation, G. Perdriau a rappelé avec insistance le  gel des taux de fiscalité. « La facilité aurait été d’augmenter les impôts comme cela a été le cas à Lyon. Nous avons le choix de ne pas faire subir à nouveau une pression fiscale à nos concitoyens. » Le maire s’est félicité du contenu de ce premier budget de mandat qu’il qualifie de « sincère, responsable et fidèle aux engagements du plan de mandat ». Un jugement que n’ont bien sûr pas partagé les différents groupes d’opposition.

« Nous voulons tendre à l’autofinancement et ne plus avoir à recourir à des emprunts à taux variable », regrettait le conseiller FN, Gabriel de Peyrecave. Un vœu « louable » pour G. Perdriau, « mais complètement irréaliste car cela voudrait dire que l’on ne ferait plus rien en terme d’investissements ». O. Longeon (EELV), du groupe Saint-Etienne, en mieux déplorait quant à lui que « l’environnement et l’écologie ne fassent pas bonne place dans votre budget. Les grandes villes qui ont investi dans ce domaine, aujourd’hui attire le plus ».

« La situation d’une ville normale »

Le groupe l’Avenir ensemble s’est ensuite largement exprimés puisque ce ne sont pas moins de quatre conseillers (sur les 10 du groupe) qui ont pris la parole sur ce dossier. Après l’intervention de Marie-Helène Thomas et de P. Courbon, l’ancien maire Maurice Vincent a interpellé à de nombreuses reprises son successeur. « La situation que vous reprenez aujourd’hui est la situation d’une ville normale. (…) Malgré les baisses de dotations de l‘Etat, vos chiffres vous donnent des recettes à hauteur de 272 M€ pour le fonctionnement, exactement le même montant dont je disposais pour faire le budget 2014. Vous avez donc les mêmes sommes pour gérer la Ville. » « Effectivement si je prends les recettes d’année à année, le montant des recettes est identique mais vous oubliez d’indiquer que si on prend l’ensemble des budgets annuels depuis 6 ans, ce chiffre augmente mécaniquement de 2 à 3 %, or pour la première année ce ne sera pas le cas. Si vous faites 3 % de 272 M€, ça fait quand même 6 M€ », a rétorqué G. Perdriau.

Tous les groupes d’opposition se prononcés contre ce budget 2015, budget qui a malgré cela été adopté par sa majorité.

Marine Graille

Le maire assume ses voeux

Gaël Perdriau a été interpellé par plusieurs fois notamment par Olivier Longeon (Saint-Etienne en mieux) et Marie-Hélène Thomas (Avenir ensemble) sur le coût des vœux que la municipalité a dernièrement dépensé. « 100 000 € c’est exorbitant, une somme totalement déplacée au vue de la politique de ressources humaines que vous conduisez actuellement », a reproché l’élu écologiste. « Les vœux au forces vives ont été du même montant qu’en 2014 à savoir 35 000 €. (…) Pour les vœux au personnel, effectivement c’était le double de l’année passée et j’assume complètement. (…) Réunir une fois par an les employés pour leur expliquer où on va, comment on y va, je considère que ça n’est pas du gaspillage », s’est alors défendu le maire.

Deux nouveaux dossiers de rénovation urbaine

Lors de ce conseil ont été traités deux nouveaux dossiers de rénovation urbaine. Le premier dans le secteur de Tarentaize où des bâtiments vétustes de l’ilôt Rondet, propriétaire de Cité nouvelle, seront démolis après avoir été acquis par la Ville. Le second concerne deux bâtiments dégradés de la rue Elise-Gervais et place Jean-Moulin, acquis par la Ville, qui seront également démolis pour la réalisation d’un nouveau projet immobilier. Le fleuriste situé dans l’un de ses bâtiments sera réinstallé dans un local à proximité.

Circulation et stationnement

G. Perdriau a annoncé que le stationnement en surface bénéficiera d’un nouveau parc d’horodateurs et d’une nouvelle politique tarifaire. Le stationnement en ouvrage sera également amélioré avec  des travaux d’amélioration pour le parking des Ursules (400 000 €) et la livraison du parking du Clapier (1,4 M€ avec 471 places).

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide