Fermer la publicité

Présence muette pour le dernier conseil municipal

Loire le 13 février 2014 - Louis Pralus - Roannais - article lu 290 fois

Une façon de répondre par le silence.

Yves Nicolin confie : « On n'ouvrira pas la bouche. Dès qu'on dit quelque chose ça devient polémique. On verra bien qui lancera la polémique le premier. » Roanne passionnément a voté contre le budget 2014 et Jean-François Vial s'est abstenu.
Laure Déroche a présenté son dernier budget comme inscrit « dans une dynamique forte pour maintenir un bon niveau de service public aux Roannais. » Marie-Hélène Riamon, chargée des finances, a donné les explications. Soulignant qu'on continuera d'investir avec les mêmes ressources qu'en 2008, un tiers des Roannais ne payant pas d'impôts et un tiers étant plafonné. La recette pour continuer d'investir 16 M€ directement dans l'économie locale sans recours à l'emprunt et sans augmenter l'impôt depuis 5 ans, ce sont des économies réalisées (en moyenne 1,8 M€ par an), le doublement des subventions obtenues par rapport à l'ancienne mandature, des efforts sur les charges de fonctionnement, de bonnes rentrées de recettes avec les transactions immobilières qui repartent, des recettes supplémentaires avec la hausse de fréquentation du restaurant du centre jeunesse Bérégovoy, l'équilibre de fonctionnement obtenu pour le parking République. La Ville touche en recettes environ 50 M€ et investit 10, 5 M€. La première adjointe répète « C'est un autofinancement complet et on a baissé la dette de plus de la moitié sur l'ensemble du mandat. »
Laure Déroche parle d'image de marque du mandat en évoquant les 4,6 M€ du grand programme de petits travaux ; montant de petits travaux qui s'élèvera à 15 M€ pour toute la durée du mandat.
Le budget général 2014 s'élève à 77,3 M€ : 50,66 M€ de fonctionnement et 26,67 M€ d'investissement. Avec une augmentation des recettes de fonctionnement de 1,06 % malgré les réductions des dotations d'Etat et une évolution des dépenses de fonctionnement de – 1 % et une capacité d'autofinancement en hausse de 2,83 % qui passe de 9,53 M€ à 9,80 M€. Ce qui permet au vu des résultats de fonctionnement 2013 d'autofinancer les investissements 2014, soit 5,7 M€, sans recours à l'emprunt et d'affecter 2,5 M€ en réserves complémentaires.

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide