Fermer la publicité

Pourquoi Saint-Etienne n'accueillera pas le Mondial de foot féminin

Loire le 03 novembre 2014 - Mathieu Ozanam - Sports - article lu 2226 fois

Pourquoi Saint-Etienne n'accueillera pas le Mondial de foot féminin
Florent Carbone Imagin'art - Camille Catala quand elle portait le maillot de l'ASSE en 2012

Le Tour de France, le Paris-Nice, des matches de gala et de l'équipe de France masculine le 29 mars avec France-Danemark : Saint-Etienne multiplie les grands événements sportifs. Mais Saint-Etienne n'accueillera pas le Mondial de foot féminin en 2019. Les explications.

 « Notre ville, dotée d'un stade de niveau international, accueillant l'Euro 2016, aurait eu toute sa place dans l'organisation de cet événement sportif qui comptera dans la reconnaissance du sport féminin en général et qui aurait permis d'asseoir plus encore l'image de "ville sportive" de Saint-Etienne », s'offusque Florent Pigeon, président du groupe d'opposition Saint-Etienne, l'avenir ensemble dans un communiqué de presse. « Nous regrettons qu'une telle opportunité n'ait pas été saisie. »

La question a inévitablement été abordée lors du conseil municipal de lundi 3 novembre 2014, l’opposition socialiste regrettant que Saint-Etienne n’ait pas même présenté sa candidature pour figurer dans le dossier présenté par la FFF. Au rang des onze villes hôtes françaises provisoires figurent : Auxerre, Grenoble, Le Havre, Lyon, Montpellier, Nancy, Nice, Paris, Reims et Valenciennes.

Deux exceptions à la règle

Une situation logique pour le maire Gaël Perdriau. « La Fédération française de football avait choisi au 1er trimestre 2014 de privilégier des villes qui n’avaient pas pu être retenues pour l’Euro 2016. Sur les 14 villes pré-sélectionnées 11 ont répondu. » Des villes dont les stades ont des capacités limitées « car la FFF voulait offrir le spectacle de stades pleins ».

« Et Paris, et Lyon ? » interrogeait l’opposition. « Il y a deux exceptions à la règle : « Lyon qui présente un caractère particulier en raison du palmarès de son équipe féminine et qui accueillera les matches d’ouverture et de clôture qui devraient connaître une plus grande affluence. Paris recevra au stade Jean-Bouin qui a une capacité d’environ 20 000 places. »

Mathieu Ozanam

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide