Fermer la publicité

Portait : Il était une foi… Mgr Dominique Lebrun.

Loire le 25 décembre 2006 - Michel Clavel - Société - article lu 653 fois

Portait : Il était une foi… Mgr Dominique Lebrun.
Diocèse de Saint-Etienne - Mgr Dominique Lebrun le jour de son installation à Saint-Etienne

Diplômé en droit des affaires et docteur en théologie, le nouvel évêque de Saint-Etienne qui fut aussi arbitre de la FFF, se passionne pour la géopolitique et défend la place de l'homme dans l'économie.

On ne mesure pas toujours l’influence que peut avoir la disparition d’un père dans la destinée d’un enfant. Pour Dominique Lebrun, nouvel évêque de Saint-Etienne ordonné le 9 septembre dernier, elle fut la pleine révélation d’une vocation alors sous-jacente. Certes issu d’une famille catholique pratiquante et très engagée dans la vie sociale, cadet d’une fratrie de sept enfants, le garçon de 13 ans savait déjà que le choix de sa vie serait en fonction de sa foi. Mais il aurait pu la vivre aussi en faisant une carrière juridique, baigné qu’il était au contact de ce père haut magistrat, conseiller à la Cour de cassation de la 2e chambre civile de Paris, et lui-même fils d’avoué. Ou encore sous l’influence d’un frère aîné juriste qui fut à l’origine de la première Délégation à l’Emploi.

Né à Rouen en 1957, celui qui est aujourd’hui l’un des deux plus jeunes évêques de France, n’avait que l’embarras du choix : très bon élève destiné à Maths Sup’ après un Bac C décroché à 16 ans, il opte pour le droit par évidence, «  une formation de l’esprit qui prépare à la vie ». Surtout parce qu’il est trop jeune pour entrer au séminaire. Car dès ce décès, il a su « par appel de Dieu » que sa vie « serait liée à la résurrection de ce père ». Installé à Villemomble (Seine-Saint-Denis), l’étudiant «  d’après 68 » ne pouvait entrer en rébellion avec ses parents comme ses congénères, préférant porter un témoignage de sa foi. «  La seule façon de le dire, c’était d’être prêtre », justifie celui ne révélera cette décision à sa famille que beaucoup plus tard.

« Le droit forme la vie »

Il effectuera d’abord quatre ans en fac de droit, en TD du soir avec des salariés comme lui (il était en journée surveillant de lycée pour gagner son argent de poche), tout en militant ardemment dans des mouvements de jeunes catholiques. Ce n’est qu’à 20 ans, titulaire d’une maîtrise en droit des affaires, que son désir le plus fort sera exaucé. Entrant enfin au séminaire à Rome, il passera « sept ans de vie extraordinaire au contact des Italiens ». Trilingue après avoir étudié l’espagnol et l’anglais, ordonné prêtre au bout de six ans, il y retournera pour achever sa maîtrise de théologie. Assigné dans une paroisse de la Seine-Saint-Denis, son évêque va encore le pousser à « aller au bout de ces compétences intellectuelles », pour finir, tout en exerçant, par soutenir une thèse de doctorat sur les Sacrements.
Depuis son retour de Rome, Dominique Lebrun qui était fan de foot «  et notamment des Verts en 76 ! » souhaitait refaire un peu de sport, mais pas tout seul. C’est au hasard d’une chronique radiophonique qu’il entend parler du manque de vocation dans l’arbitrage. Et voilà le curé de banlieue passant son brevet d’arbitre officiel de la FFF en prévenant : « je ne serais pas dispo le dimanche matin, mais l’après-midi, c’est ok ! « …De la messe en basilique à la grand’messe du stade il n’y as qu’un pas qu’il franchira durant douze ans, trois fois pas mois, en district puis en ligue régionale. « C’était ma détente, mon vrai loisir », explique celui qui est resté fidèle aux Verts, aimant aussi beaucoup « Auxerre et Nantes, des équipes avec des écoles, qui transmettent d’autres valeurs que celle du fric, type OM ou PSG… ». A 40 ans, c’est la lourde organisation des JMJ de Paris qui lui fera raccrocher les crampons. Mais cet homme d’action entend se voir confier de nouveaux projets lorsqu’il rentra de Rome en 1998, où il a repassé trois ans, cette fois comme formateur.
C’est toujours sur ses terres de banlieue qu’on le charge alors de se mettre au service du monde professionnel et économique. Il s’occupera de la construction d’une «  maison d’église » sur Paris-Nord en direction de Roissy, « un site grand comme celui de la Défense ». Dans ce fief du parti communiste, « où certains croyaient que le grand capital n’investirait jamais », le Grand Stade de France va servir de détonateur. Dominique Lebrun va se faire « missionnaire-VRP » pour « tenter de poser philosophiquement la place de l’homme dans l’aménagement du territoire ». Des rencontres humaines fortes, des dialogues profonds, obtenus en multipliant les rendez-vous dans le cadre de l’intercommunalité.
Faire se parler, dans de bonnes dispositions d’esprit, des dirigeants communistes et des éminences de chez Bouygues ou Dumez, par l’intermédiaire d’un prêtre, n’est pas banal. Sa longue tradition de compagnonnage dans le milieu ouvrier et chrétien l’y a assurément aidé.
« Faites dialoguer vos compétences avec l’Evangile, donnez un sens humain à la vie économique ! » demandait-il à ceux qui l’ont tous bien reçu «  parce qu’il y a toujours un aspect spirituel important en tout homme ».
S’il aime ces échanges humains, Mgr Lebrun, qui est par ailleurs passionné par la géopolitique, est un féru de voyage à l’étranger. « Je ne conçois pas de vacances en France, je garde ça pour ma retraite ! » déclare tout à trac ce globe-trotter qui parcourt le monde chaque été depuis 25 ans avec les deux mêmes amis. Toute l’Europe centrale, les Etats de l’ex URSS, route de le soie jusqu’à l’Asie, bassin méditerranéen jusqu’en Egypte, Ethiopie, Libye, de l’Irak après les bombes de 2001, au cercle polaire, ces voyages ont beaucoup changé sa vision du monde. « L’histoire-géo est nécessaire à la compréhension politique de l’actualité » affirme cet évêque pas comme les autres. Pas comme les autres, oui : vous penseriez rencontrer un homme âgé, aux passions austères, en tenue stricte dans une berline sombre. Mgr Lebrun, pieds nus dans des spartiates par tous les temps, route en scooters avec GPS, lit des polars et Astérix, tandis que Johnny et les Rolling Stones (mais peut-être pas Sympathy for the Devil…) sont parmi ses derniers concerts. Un homme parmi les hommes, tout simplement…

Michel Clavel

Date :

Le 25 décembre 0000… naissance du Christ

Lieu :

Czestochowa, sanctuaire marial national de Pologne

Ambition :

Arriver à une plus grande amitié entre les peuples à l’échelle des pays, et entre les voisins à celle des quartiers

Phrase :

« Je vous appelle mes amis » (Evangile de Jean 15,15)

Personnalité :

Jean-Paul II



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide