Fermer la publicité

Porcher industries, un rachat sur le fil

Isère le 10 octobre 2015 - Sevim SONMEZ - Industrie - article lu 925 fois

Porcher industries, un rachat sur le fil
DR - En fonction de la demande, plusieurs brins de fils sont torsadés ensemble et trempé dans un bain chimique afin d'acquéri

Pionnier du textile technique, Porcher industries, basé à Éclose-Badinières, a été au centre d'un long feuilleton juridico-familial qui devrait bientôt toucher à sa fin avec son rachat par Warwick Capital.

En raison d'un conflit entre ses actionnaires familiaux majoritaires, les holdings familiales de Porcher Industries, Les terres froides et la SA Saumuroise de Participations, avaient été dissoutes en 2012, pour « Trouver le meilleur actionnariat possible pour le groupe ». Une quête qui semble toucher à sa fin avec la signature d’un protocole d’achat entre le fonds d’investissement britannique Warwick Capital et Catherine Porcher, représentant l’actionnaire principal de la société ainsi que Bruno Sapin, le mandataire judicaire des deux holdings qui contrôlent 67 % des actions. Un compromis qui ne sera valide qu’après avoir été entériné par le tribunal de grande instance de Bourgoin-Jallieu et le tribunal de commerce de Vienne.
Le montant de cette reprise se situerait autour de 55 à 60 M€, un montant inférieur aux 90 M€ de fonds propres de l’entreprise. En 3 ans, Warwick envisagerait d’investir 34 M€ et de sauvegarder les sites et les emplois. A ce jour, le rachat n’a pas encore été entériné par les juridictions.

Des produits à forte valeur ajoutée

Le mois dernier, Porcher industries a remporté le prix qualité performance Rhône-Alpes 2015 pour sa gestion de la Qualité sécurité environnement ainsi que ses performances.
Alliance de l’expertise et de l’innovation, de la proximité et de l’envergure mondiale, de la qualité et de la performance, Porcher Industries a une seule devise : répondre précisément à la demande du client en offrant un produit sur mesure.
Le site de Sovoutri, situé à la Voulte-sur-Rhône (Ardèche), a été le premier site à être certifié ISO 9002 en 1994 pour ses produits rentrant dans la composition d’articles de pointe comme les courroies de distribution ou des flexibles de frein. Une certification indispensable étant donné que 80 % de ses produits sont exportés dans le monde entier. Une récompense qui ne représente pas une finalité mais plutôt un stimulant pour faire progresser la qualité de la production. « C’est une remise en question, un manière de faire évaluer nos démarches qualité par un organisme extérieur et par rapport à un référencement donné, national ou international, résume Stéphane Mousset, directeur du site de la Voulte-sur-Rhône. Nous avons rassemblé toutes nos pratiques de fabrication et avons soumis notre travail dans le cadre de ce prix rhônalpin. »  Loin d’être un aboutissement, ce trophée est une récompense qui atteste que la démarche de l’entreprise Porcher va dans le bon sens. « Ce n’est pas une fin mais un nouveau début car les exigences de nos clients en matière de qualité sont de plus en plus élevées », souligne le responsable.
C’est un partenariat qui lie le client et Porcher industries qui s’efforce de comprendre les besoins précis de son interlocuteur afin de lui proposer un produit sur mesure. « Nous ne sommes pas un marchand de ficelles mais un trouveur de solutions techniques pour nos clients », tient à préciser Stéphane Mousset. Notre bobine de fil est un produit très pointu en termes d’exigence et de technicité. »
Une demande sur-mesure qui incite l’entreprise à acquérir plus de réactivité, une capacité d’adaptation et à se positionner sur des fabrications en petites séries pour lesquelles les concurrents à bas coûts ne répondent pas. « Plus que le prix, le support et l’assistance technique, le conseil dans l’utilisation et la conception du produit, tels sont nos défis à relever, analyse Stéphane Mousset. Coupler le textile à la chimie pour qu’il acquière plus de valeur ajoutée et que ses propriétés soient conformes à son usage ».   
 

Sévim Sonmez

Un fleuron du textile technique

Porcher industries possède 13 sites industriels  dédiés aux textiles techniques et aux composites utilisés dans l’automobile, l’électronique, l’aéronautique, le bâtiment, les sports et loisirs (toiles de parapente et montgolfière) et la défense. Il est également le leader mondial des tissus de verre pour l’isolation électrique. La société emploie 1 900 salariés, dont 650 en France dans ses 5 sites rhônalpins (4 en Isère et 1 en Ardèche). Porcher est également présent à l’international au Royaume-Uni, Etats-Unis, Brésil et en Asie. En 2014, son chiffre d’affaires a progressé de 7 % à 285 M€.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide