Fermer la publicité

Pollution atmosphérique : Combien ont coûté les deux jours de gratuité ?

Loire le 20 mars 2014 - Mathieu Ozanam - Agglomération stéphanoise - article lu 323 fois

Pollution atmosphérique : Combien ont coûté les deux jours de gratuité ?
(D.R.)

La décision a été prise vendredi dernier par Maurice Vincent, président de Saint-Etienne Métropole, de la gratuité des transports en commun compte tenu du « très probable » du passage au niveau 2 de pollution aux particules fines.

Une première sur l’agglomération stéphanoise qui a vécu plusieurs jours, comme une trentaine de départements en France, sous un ciel fortement embrumé. Cette gratuité des transports en communs a été reconduite le lendemain. Mais combien a coûté cette mesure inédite ? Au jour de notre bouclage, mercredi 19, la Stas n’était pas en mesure de le dire, ne le sachant pas elle-même.
Plusieurs raisons peuvent l’expliquer. La première : les validateurs ont été temporairement fermés. En temps habituel, ils permettent de savoir précisément et avec rapidité le nombre d’utilisateurs embarqués. Autre explication : des compte-rendus ont été demandés aux conducteurs et aux « vérificateurs », ces personnels qui assurent les contrôles et la tranquillité des voyageurs. Mais ces rapports étaient en cours de collecte et il ne s’agirait que de ressentis personnels. Pour avoir une approche chiffrée, il faudrait se baser sur les pertes de recettes, mais là encore il est difficile de savoir précisément quelle a été la perte de recettes par rapport à un samedi et un dimanche habituel. Les usagers des transports ont le choix entre 4 agences commerciales, 76 distributeurs de tickets ou peuvent s’adresser aux conducteurs directement. Or les relevés de caisses ne se font pas sur le même rythme pour chacune de ces possibilités de paiement. Il faut entre 3 à 5 jours pour connaître la recette d’une journée.
Impossible de savoir non plus quelle a été la recette du week-end précédent pour se faire une idée approximative ni de connaître la proportion d’usagers utilisant une formule d’abonnement. Une certitude : ils ne sont pas concernés par la gratuité et ne bénéficieront d’aucun à-valoir sur l’abonnement du mois prochain. Enfin quand la STAS détiendra les éléments financiers de sa perte de recette, c’est d’abord Saint-Etienne Métropole qui sera informée en sa qualité de collectivité délégant ce service public.

Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide