Fermer la publicité

Christian Avocat tourne la page

Loire le 20 mars 2014 - La Rédaction - Politique - article lu 1584 fois

Christian Avocat tourne la page
Louis Pralus - Christian Avocat se retire de la vie politique

Né à Lyon, Christian Avocat arrive à Roanne à la rentrée 1970 comme professeur d'histoire-géographie au lycée Carnot. Il a décidé de se retirer de la vie politique. Retour sur sa carrière.

A 22 ans son mémoire d'étude supérieure sur les industries de la vallée du Rhône fut remarqué et publié dans la revue de géographie. C'est l'époque où il admire Mendès-France et adhère au PSU de Rocard. A Roanne il trouve un parti socialiste avec 15 membres. « Roanne est dominée par le parti communiste avec l'Arsenal, les ARCT. » Après Jean Folliot et Louis Barjon il en devient le secrétaire. Puis arrive sa première élection en 1983. « J'ai fait adhérer Jean Auroux au PS et il s'est présenté aux cantonales de 1976, aux municipales de 1977, aux législatives de 1978 et il a tout gagné. Il a même été ministre en 1981. En 1983, il m'a proposé d'être son 1er adjoint et je l'ai été 18 ans. » Christian Avocat sera aussi vice-président du District 1991 puis président de Roannais agglomération en 2008 et conseiller régional. « La gestion de la Ville m'a beaucoup plu, repense-t-il,  parce que c'est concret. »

A la tête de l'agglomération il a eu de grandes satisfactions : la halle Vacheresse, le bond en avant de l'économie sociale et solidaire, la venue du pôle de déconstruction. Et le grand regret de voir Bouygues nucléaire renoncer à sa plateforme de robots pour les centrales. « Les opposants ont répandu de fausses informations sur le projet. Cette opposition sous forme de collectif c'est éphémère et ça fait rater des choses durables... » Quant à sa vie politique avec l'opposition c'est plutôt un bon souvenir. « Je n'ai pas eu d'opposition stérile à Roannais agglomération. Les Verts, eux, c'est une opposition mécanique. »                                                                                                                      
Désormais, Christian Avocat va se redonner du temps pour lire des romans historiques, visiter les salons de peinture, écouter du jazz, retrouver ses amis lyonnais et sa famille. Son dernier livre de chevet : un séjour de Michel Ange chez le grand vizir.

Louis Pralus

Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, Mathias Enard, Actes Sud.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide