Fermer la publicité

Politique - Bernard Jayol rend sa carte au Parti socialiste

Loire le 26 juin 2014 - Louis Pralus - Actualités - article lu 517 fois

Politique  - Bernard Jayol rend sa carte au Parti socialiste
Bernard Jayol part avec regret du PS (D.R.)

C'est une forte personnalité.

Un hyper actif, toujours au front pour défendre le territoire, ses routes et ses hommes. Il s'était mis en congé du Parti socialiste en 1992 quand on a démantelé Giat, il a créé le club A gauche autrement, il a fondé le groupe dissident PS au conseil général, le Groupe gauche républicaine. Cette fois, il rend sa carte.
Son combat est contre la réforme territoriale, l'emprise des métropoles, la suppression des conseils généraux, la réduction des communes. En désaccord avec la politique du président François Hollande, il quitte définitivement le Parti socialiste. «Je veux être moi-même ; je suis plus socialiste que jamais ! »  Adhérent au PS en 1969 à 23 ans, il a été secrétaire de la section de Charlieu et a créé la section de Riorges. Elu sous cette étiquette depuis 37 ans, conseiller municipal de Riorges et conseiller général de Roanne Sud, il finira ses mandats et ne se représentera pas.
Il répète depuis quelque temps « Hollande nous a trahis ! » Professeur d'histoire-géographie, qui a tout le temps donné des cours d'instruction civique, il explique : « Les communes et les départements ont façonné la République. A l'heure où les gens n'ont plus de repères, ils en ont encore plus besoin. Il n'y aura plus de proximité entre les élus et le peuple. » Il  tempête : « Il n'y a plus de doctrine au Parti socialiste! » et en appelle à Jaurès. « Il y a 100 ans, Jaurès était assassiné et il laissait cette consigne : "le courage est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel". Ils n'ont plus d'idéal et sont coupés du peuple. Je n'y retournerai pas ! »
Christian Avocat, fondateur du PS à Roanne, commente. « Il a une vision révolutionnaire. Il se pose la question de ceux de 1789 qui se demandaient s'il fallait garder les 44 000 paroisses ! » Ses amis PS du Roannais sont désolés de son départ et lui gardent leur amitié. Le 1er secrétaire fédéral, Régis Juanico, lui, comprend beaucoup moins bien sa décision. Désormais la parole libre de Bernard Jayol ne devrait plus gêner le PS.

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide