Fermer la publicité

Pôle métropolitain de Lyon : G4 bientôt G5…G6

le 08 février 2015 - Eric SEVEYRAT - Collectivités locales - article lu 1143 fois

Pôle métropolitain de Lyon : G4 bientôt G5…G6
Eric Séveyrat - De gauche à droite : Jean Papadopulo (président Capi), Gérard Collomb (président du pôle), Gaël Perdriau (président Sain

La communauté de communes de l'Est lyonnais et bientôt Villefranche-sur-Saône devraient rejoindre le pôle métropolitain, et faire partie de la feuille de route. Explications.

Le territoire du pôle métropolitain se structure en cohérence avec son bassin économique et son bassin de vie démographique. Le pôle métropolitain créé sous l’ancien mandat municipal entre 2009 et 2011, a d’abord rassemblé Le Grand Lyon, Saint-Etienne-Métropole et la Capi (communauté d’agglomération Porte-de-l’Isère). Très vite, ViennAgglo est entrée dans le jeu.

Et « en 2015, c’est au tour de la CCEL (communauté de communes de l’Est lyonnais) d’arriver. Dès les prochaines semaines », a précisé mercredi 4 février Gérard Collomb, maire de Lyon, président du Pôle. La CCEL est le territoire stratégique dit de « La plaine de l’aéroport Saint-Exupéry » qui court sur 900 ha au total, dont la Capi détient 200 ha : « un espace au cœur duquel prennent place deux infrastructures majeures  le CFAL et le TGV. La plaine fera l’objet cette année d’un plan de développement et d’aménagement global que portera le pôle métropolitain en concertation avec le préfet de région, ajouta M. Collomb. » Une vaste plaine très convoitée, « qui comporte un tiers de terres agricoles produisant des semences à forte valeur ajoutée », compléta Jean Papadopulo, président de la Capi.
Ensuite, la communauté d’agglomération Villefranche-Beaujolais se donne une année « d’observation ». Assimilé à un syndicat mixte fermé, le pôle métropolitain est un établissement public constitué par accord entre des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre, en vue d'actions d'intérêt métropolitain dans les domaines économiques, promotion de l’innovation, recherche et culture, aménagement de l’espace en fonction des SCOT, développement des infrastructures et des transports. Le pôle a tenu début février sa première séance depuis le renouvellement de son bureau en juin 2014 suite aux élections municipales de mars dernier.
Doté d’un budget de 1,9 M€, la collectivité continue de se vouloir un espace de coopération, « sans empilement administratif, sans personnels dédiés » (les personnels de la Métropole lyonnaise assurent les affaires courantes de gestion, administration, communication…). La feuille de route du pôle pour 2015-2017 d’une douzaine d’actions concrètes d’intérêt métropolitain.
Dans la vallée du Gier (entre Givors et Saint-Chamont) une action de revitalisation économique passera par l’implantation d’une pépinière d’entreprises à Saint-Chamond et une autre à Givors.

Stand commun au Mipim


Action commune, c’est aussi un stand commun sur le Mipim, plus grand salon international de l’immobilier, c’est un travail que chacun pilote selon ses spécialités : le design de Saint-Etienne, l’innovation constructive de la Capi etc. « En termes de design, la cité stéphanoise fait bénéficier les entreprises du Grand Lyon de son expertise, détaille G. Perdriau le maire de Saint-Etienne, président de l’agglomération, cela permet ainsi de valoriser le design dans les productions industrielles du territoire du pôle. » La prochaine biennale du design, 9e du nom (12 mars-12 avril), irriguera Lyon avec city design urban forum, Villefontaine (capi) avec une production artistique, Vienne avec une expo : 2000 d’histoire du design.
Au-delà des « résonances » culturelles entre les agglos du pôle qui existent depuis trois saisons, une « City card » permettra aux touristes de circuler de façon privilégiée entre les territoires, les musées, les lieux de visite. Vienne et son patrimoine sont concernés, pas seulement le bâti : « Si Lyon est la capitale de la gastronomie, Vienne et la vallée du Rhône ne sont pas en reste, avec notamment la valorisation des vins des côtes-du-Rhône Nord. compléta Patrick Curtaud, vice-président »

Eric Séveyrat



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide