Fermer la publicité

Pluralis présente sa version de la filière bois

Isère le 11 novembre 2014 - Caroline Thermoz-Liaudy - Actualités - article lu 832 fois

Pluralis présente sa version de la filière bois
Didier Monnot, directeur général de Pluralis (D.R.)

Présentée au château de Sassenage par Pluralis, la « Filière Bois »  se veut une réponse pour l’optimisation de la production de logement, portée par l’union de 4 bailleurs sociaux de Rhône-Alpes : Pluralis bien entendu, mais aussi Drôme Aménagement Habitat, Habitat pays de Romans et Habitat Dauphinois (Drôme).

Ils ont opté pour des petites constructions sur du foncier restreint. Débuté en 2012, il s’agit pour ces professionnels du logement de maitriser les coûts de construction, et les enjeux du développement durable. L’an dernier, le groupement « Boislogique Concept », composé d’artisans et d’architectes  a remporté l’appel d’offre de conception et réalisation pour la construction de 200 maisons à ossature bois sur 4 ans, tous bailleurs et département confondus. Pluralis compte déjà une soixantaine maison en projet.  Ces construction en ossature bois (dont 60% issus de Rhône-Alpes, 30% du reste de la France et 10% d’Allemagne), permet aux bailleurs de limiter les recours aux fonds propres, les subventions des collectivités et de mieux maitriser les coûts de construction tout en gardant une grande qualité d’habitat. En effet, si aucun prix final n’a été communiqué, il semble que la construction de ce type de logement soit inférieure de 20 000€ par rapport à un logement classique. Un prix qui varie aussi en fonction du modèle choisi. Les habitations vont du T3 au T5, en simplex ou duplex, et avec un panel d’options.

Bonne santé et vigilance

« Pluralis est en bonne santé et a les moyens de ses ambitions ». C’était ce jour-là la conclusion du président Michel Delafosse. Quelques minutes auparavant, le directeur Didier Monnot avait présenté un rapport d’activité qui justifiait en effet d’une bonne santé, même si quelques points de vigilance étaient pointés : « Les familles que nous logeons sont fragiles et tendent à se paupériser.  Depuis 2011, le montant moyen des APL touchés ne cessent d’augmenter (235€ contre 223€), de même que le pourcentage des logés qui en bénéficient (49% contre 47%), et la tendance se poursuit en 2014. » Même constat pour les retards de paiement de plus d’un an, qui représentent aujourd’hui plus de 1,4M€. Concernant les nouveaux logements, on constate un relatif ralentissement : 149 livraisons en 2013 et 264 en cours, 164 livraisons en 2014 et 292 en cours. Cependant c’est une bonne chose pour le directeur : « Nous étions sur des rythmes déraisonnables pour l’entreprise, mais la demande était très forte ». Parmi ces nouvelles constructions, on compte aussi un certain nombre d’établissements spécialisés, accueil de personnes handicapées ou EHPAD.

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide