Fermer la publicité

PiouPiou, la station météo GSM poids-plume connectée

Isère le 10 août 2014 - Laurent Marchandiau - Actualités - article lu 1058 fois

PiouPiou, la station météo GSM poids-plume connectée
Nicolas Baldeck et son PiouPiou, cinq à dix fois moins cher qu'une station météo GSM classique (D.R.)

Nul besoin d’être bardé de diplômes pour innover.

C’est le cas de Nicolas Baldeck. Ce jeune vizillois disposant d’un baccalauréat vient de jeter un pavé dans la marre de Météo France avec PiouPiou. Cette station météo autonome alimentée par un panneau solaire, installable en un tour de main, fournit en temps réel sur les terminaux mobiles (smartphones, tablettes) ou ordinateur, la vitesse et la direction du vent, la force des rafales ainsi que la pression atmosphérique. Avec son faible encombrement - 30 cm de long, 20 cm de haut pour 300 grammes – PiouPiou compte bien révolutionner le monde de l'observation météo. D’abord imaginé pour les pratiquants de sports de voile (parapente, windsurf, kitesurf, etc), ce produit disponible à partir de 199 € TTC (299 € TTC pour la version PiouPiou+ équipée d’un GPS), cible également les particuliers, les aérodromes ou encore les acteurs touristiques. Relié en permanence par une connexion bas débit au réseau national SIGFOX (dont l’abonnement est de 20 € TTC/an), PiouPiou partagera les données recueillies sur ce réseau à l’image d’un Wikipédia de la météo. L’avantage consiste à avoir une cartographie détaillée des conditions météorologiques en temps réel. Mais le jeune lauréat en décembre 2013 de la 4e édition du Concours Dataconnexions d’Etalab soutenant les projets Open Data en France ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Alors qu’il vient de créer « Bac +0 » son entreprise en SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelle), l’autodidacte issu de l’accélérateur de startups Cowork in Grenoble, vient de lancer une campagne de crowfunding sur la plateforme KissKissBankBank afin de passer à la phase semi-industrielle. À l’heure actuelle (le 21 juillet 2014), 16 565 € ont été recueillis auprès de 112 personnes sur les 29 850 € demandés. Une vingtaine de prototypes ont d’ores et déjà été fabriqués, Nicolas Baldeck tablant sur 150 de commandes minimum afin d’être à l’équilibre.

Laurent Marchandiau



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide