Fermer la publicité

Pierre Seinturier veut y croire, à la fiction

Loire le 05 décembre 2015 - Daniel Brignon - Expositions - article lu 867 fois

Pierre Seinturier veut y croire, à la fiction
Wanna take a bath ?, pastel à l'huile sur papier

Sous le titre « I want to believe », le jeune artiste Pierre Seinturier présente son premier accrochage muséal au musée d'Art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole. Dans quatre salles de l'établissement, l'artiste emmène le visiteur dans un voyage exploratoire à la manière d'un détective dans un univers composé d'arrêts sur image, dont il a à recomposer le récit.

Pierre Seinturier est invité au musée d’Art moderne en qualité de lauréat du prix des partenaires du musée, le club de mécènes, dans lequel figure L’Essor Affiches, qui distingue pour la sixième année un jeune créateur dans le domaine des arts graphiques. Le prix est constitué d’une exposition originale au musée, d’un catalogue qui présente l’ensemble de l’œuvre réalisée de l’artiste et d’une acquisition par le musée. Un tremplin pour un artiste en devenir, tel Pierre Seinturier, sorti fraîchement des Arts décoratifs de Paris en 2011, tenté par la bande dessinée mais engagé dans un travail personnel, essentiellement graphique, à la recherche d’instants suspendus, surgis de multiples documentations, références cinématographiques, cartes postales réinterprétées. Pierre Seinturier ne dessine pas pour autant le réel. Figuratif il imagine ses sujets, même référencés, à partir d’une abondante collection d’images et de croquis sur un carnet de dessins qui suit ses pas.

Dans l’exposition intitulée I want to believe, préparée pour le musée d’Art moderne, Pierre Seinturier suit une thématique : le voyage, ou plutôt la randonnée. Il invite, à travers un texte liminaire qui finit par « ils marchèrent en vain, à la recherche d’un raccourci que jamais ils ne trouvèrent… », à la quête et l’itinérance, en « dépliant la carte » dans une première salle, où le visiteur traverse une carte en volume du massif des Dolomites. Le deuxième univers dans une salle obscure est constitué d’un seul diorama où marcheurs s’interpellent. Le diorama donne une impression de vrai-faux kitch selon des représentations en relief très en vogue dans les années 1930, que l’artiste avait rencontré dans les musées de la République tchèque.

Construire son propre récit

Dans les deux salles suivantes, s’évadant de la thématique, l’artiste dans des grands formats au pastel à l’huile puis au pastel sec, suggère des situations, des arrêts sur image, qui invitent à poursuivre l’action en cours ou l’absence d’action. Comme dans Wanna take a bath ?, titre écrit à la main sur le tableau, par lequel l’artiste invite le visiteur à construire lui-même le récit.

Les scènes sommaires se superposent à des paysages en ombre et lumière, qui semblent familiers mais à la fois lointains, étranges et mystérieux ; quelquefois inquiétants tout en semblant légèrement surannés, d’une époque incertaine, intemporelle. Ce sont des paysages d’Amérique du nord sans doute, de forêts, de montagnes, du réel évident mais dans une forme de dérive imaginée. L’artiste veut y croire si l’on traduit le titre de l’exposition, croire que, dit-il , « ce que nous ne savons pas nous l’imaginons ».
Une exposition « généreuse », qui porte à la rêverie et sollicite le concours imaginatif du spectateur, qui s’insère dans une cohérence opportune parmi les autres expositions temporaires présentées au musée jusqu’à fin janvier. Elles invitent toutes à leur manière à habiter les œuvres.

En résidence à la Cité internationale des arts à Paris de 2012 à 2014, Pierre Seinturier a cultivé la technique du pastel notamment pour concourir au salon du dessin. L’exposition à Saint-Étienne lui donne sa pleine expression.

Daniel Brignon

I want to believe, musée d’Art moderne et contemporain de Saint-Étienne, jusqu’au 21 février.

Georges Rivoire - Dans une première salle le visiteur traverse une carte en volume du massif des Dolomites
  • Georges Rivoire - Dans une première salle le visiteur traverse une carte en volume du massif des Dolomites
  • Georges Rivoire - Pierre Seinturier
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire - They left in a hurry, 2015
Pastel à l'huile sur papier marouflé sur carton
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire -
  • Georges Rivoire - Alone in his secret laboratory, his mind drifts back
  • Georges Rivoire
  • Georges Rivoire - Wanna take a bath? 2015

Gros plan sur la collection du musée

Le musée d’Art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole annonce pour événements de sa saison 2016 un accrochage en vraie grandeur dans les salles principales des pièces de sa collection. Sous le titre Archéologie du présent, le musée proposera de redécouvrir à travers les grands courants artistiques du XXe et XXIe siècles, et avec les pièces maîtresses de la collection, la place que l‘objet a occupé. Du 5 mars à janvier 2017.

En parallèle deux expositions de grandes figures de l’art contemporain : Mémoires, de Jacques Villeglé, à l’occasion du 90e anniversaire de l’artiste, du 5 mars au 22 mai ; et Anne et Patrick Poirier, le couple d’artistes, sculpteurs, architectes et archéologues, du 2 juillet  à janvier 2017.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide