Fermer la publicité

Elifrance menacé de disparition

Loire le 09 septembre 2015 - Denis Meynard - Industrie - article lu 373 fois

Elifrance menacé de disparition
Denis Meynard

L'entreprise de La Talaudière, qui appartient à un groupe italien depuis cinq ans, cherche désespérément un repreneur pour sa centaine de salariés.

Les salariés du fabricant de panneaux photovoltaïques Elifrance (groupe italien Pufin Power), proche de la liquidation, ont lancé vendredi dernier à Saint-Étienne un appel à l’aide en direction du gouvernement pour tenter de sauver leur entreprise. Une partie de la centaine de derniers salariés de cette entreprise de La Talaudière a manifesté vendredi après-midi devant le site de la société puis devant la préfecture de la Loire, où une délégation a été reçue par le préfet Fabien Sudry. Brandissant des écriteaux où l’on pouvait lire « à vendre, cherche repreneur », certains exprimaient le souhait d’une implication du groupe public EDF dans ce dossier.

Les éventuels repreneurs avaient jusqu’au 10 septembre pour se faire connaître auprès de l’administrateur judiciaire de cette société placée en redressement par le tribunal de commerce de Saint-Étienne le 22 juillet. Aucun n’ayant déposé d’offre à la veille de la date fatidique, le risque d’une conversion de la procédure en cours en une liquidation judiciaire, le 16 novembre devient de plus en plus grand. La direction d’Elifrance et du groupe italien Pufin Power (dont le président Massimo Pugliese a été condamnée en première instance par la justice italienne pour sa gestion de différentes sociétés), basé au Luxembourg, est injoignable et l’activité est presque totalement à l’arrêt dans quatre sites industriels du groupe, en Italie, Hollande et en France.

Gaël Perdriau, président de la communauté d'agglomération de Saint-Étienne, propriétaire du site et qui soutient l’entreprise depuis plusieurs années, vient d’écrire au ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, pour obtenir « l’accompagnement de l’Etat dans la recherche d’un repreneur ». L’élu a effectué la même démarche auprès de la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Ségolène Royal, en la sensibilisant à la capacité de cette entreprise à « participer au développement des énergies renouvelables et des emplois verts » qu’elle appelle de ses vœux, à quelques semaines de l'ouverture à Paris de la Conférence de l’Onu sur le climat COP21.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide