Fermer la publicité

Phare FM : la radio autrement

Isère le 20 novembre 2014 - Jacques Savoye - Nord-Isère - article lu 730 fois

Phare FM : la radio autrement
Autour de Jacques Aguila (en rouge), les animateurs de la radio Phare FM (D.R.)

L’histoire de Phare FM se confond avec celle de Radio Colombe.

Dans la foulée de la libération des ondes, accordée après l’élection de François Mitterrand à la Présidence de la République, Jacques Aguila fondait, en 1982 à La Verpillière, Radio Colombe : fréquence 107.0. « Tout était installé dans ma cave » se souvient-il. N’empêche que, depuis l’antenne dressée sur les hauteurs de Saint-Quentin-Fallavier, ce sont des émissions empreintes des saintes écritures que Radio Colombe diffusait aux quatre coins du Nord-Isère mais aussi vers Lyon et la plaine de l’Ain. La belle aventure allait durer presqu’un quart de siècle. En 2005, le réseau Phare FM prenait le relais sans pour autant priver Radio Colombe de son autonomie. « C’est encore notre association qui est derrière le micro et nous sommes toujours calés sur la même fréquence : 107.0  en Nord Isère et 96.6 en région grenobloise» précise Jacques Aguila. Phare FM reste donc une radio chrétienne, fortement attachée aux valeurs puisées dans les saintes écritures quand bien même sa programmation musicale, résolument dans le vent, ne cesse d’étonner. Sur ses ondes, ni cantiques ni psalmodies mais des rythmes modernes célébrant le Très Haut, son Fils, les saints et les anges. Bien entendu, Phare FM ouvre son antenne aux informations locales. C’est la tranche du matin, de 6 à 10 heures, et dans la journée si l’actualité le commande. Jean-David, Pauline, Gabrielle, Emmanuel et Anaïs  se partagent le micro. Quant à Jacques Aguila, il jongle avec les finances !  « Quand on tourne le bouton de son poste, on écoute gratuitement mais pour faire fonctionner une radio il faut un budget et des ressources financières » explique-t-il. Question budget, Phare FM joue cartes sur table : cette année, il est de 164 474 € dont 48% pour la masse salariale car la station emploie deux personnes. Alors, outre la subvention du Fonds de soutien à l’expression radiophonique (appelée à être réduite selon le Conseil supérieur de l’audiovisuel), Phare FM bénéficie  d’apports limités dus à la publicité et, surtout, de la générosité de ses mécènes. « Un phare doit être alimenté pour éviter les naufrages » rappelle Jacques Aguila. Un appel à la générosité des « chers -z’auditeurs ». A moins d’un improbable brouillage, il sera reçu 5 sur 5.

Jacques Savoye



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide