Fermer la publicité

Permis de conduire - Des auto-écoles ligériennes veulent stopper la réforme

Loire le 11 septembre 2014 - Daniel Brignon - Actualités - article lu 885 fois

Permis de conduire - Des auto-écoles ligériennes veulent stopper la réforme
Estelle Masson, Pierre Tixier, Zahoua Sid et Sandrine Métivet, à l'origine du mouvement ligérien qui a des résonances dans d'autres départements mais pas encore coordonnées (D.R.)

« Les représentants syndicaux de notre corporation qui sont censés défende notre profession, ne font que défendre en réalité, leurs intérêts… C’est pour cette raison que nous agissons librement.

Contrairement à ce qu’ils avancent, nous ne sommes pas tous favorables à la privatisation », écrivent ces auto-écoles au ministre de l’Intérieur.
La privatisation de l’examen qu’elles redoutent, c’est de dessaisir les inspecteurs du permis de conduire du contrôle de l’examen théorique (le code) déjà à l’œuvre avec à leur place pour ce contrôle depuis juillet, des réservistes ou retraités de la police ou la gendarmerie, et à terme en janvier 2015, comme annoncé, des société privées habilitées sur appels d’offre. Les auto-écoles redoutent du  transfert du contrôle théorique à une ou deux sociétés privées détournent leurs élèves en formation théorique dans leurs structures. « La fermeture de nos petites structures sera inévitable au profit des grands centres de formation et autres structures de ce genre », écrivent les auto-écoles au ministre, s’inscrivant en faux sur le bénéfice qu’il y aurait de ce transfert envisagé pour permettre de libérer plus de place à l’examen pratique. « Nous avons suffisamment de places dans la Loire, arguent-ils, et le système actuel nous convient. Il garantit à travers nos auto-écoles une formation théorique solide, favorable à la réussite à l’examen. Si demain la tendance se confirmait d’inscriptions directes au code auprès des sociétés habilitées, ce ne serait pas favorable aux candidats qui, sans accompagnement pédagogique, risqueraient plus souvent de passer le code plusieurs fois. Cela n’irait pas dans le sens d’une réduction du coût du permis. »
Qu’en sera-t-il enfin, supposent-ils, si le contrôle de l’examen pratique devait également passer à des sociétés privées agréés ? Le permis poids lourds est semble-t-il en voie de l’être… Ils n’osent pas y songer et se proposent de poursuivre leur mouvement de manière plus organisée, « en association s’il le faut ».

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide